Quelle chose étrange que la technologie, qui à force d’évolution en vient à revisiter des classiques… techniquement dépassés ! Ainsi du projet Little Printer, esthétiquement irrésistible, terriblement « tendance » et proposant un service dont on peut légitimement s’interroger quant à la pertinence.

http://vimeo.com/32796535

Et pourtant, il faut bien le reconnaître : Little Printer a une frimousse à craquer, avec sa petite tête carrée et sa raie sur le côté, icône vintage appelée à s’intégrer dans n’importe quel intérieur. Mais que propose-t-il, cet objet fashion ? Tout simplement d’imprimer des tickets divers et variés, à l’aide d’un système d’impression thermique connecté, sans fil, à Internet. Et que trouvera-t-on sur ces tickets ? Quelques mémos (liste de course, par exemple), les gros titres de la presse du matin (écrits en petit, cependant), des grilles de sudoku.

Quel lien cet accessoire peut-il avoir avec l’iPhone, vous demanderez-vous sans doute : c’est qu’il sera piloté à l’aide d’un smartphone (iPhone ou Android), depuis lequel on pourra choisir ses abonnements, envoyer des messages à ses proches équipés d’un Little Printer.

Little Printer

La grande force de cet accessoire est donc, selon l’un de ses concepteurs et fondateur du studio de design londonien BERG, Matt Webb, d’être « un objet physique. Les produits connectés au Web peuvent devenir plus intelligents et simples d’utilisation – ils peuvent être posés sur une étagère et fonctionner tout aussi bien, pour la famille comme au bureau – en s’affranchissant de la complexité des ordinateurs, comme les mises à jour ou la programmation des tâches. De plus, le papier est comme un écran qui ne s’éteint jamais. On peut l’accrocher à la porte du frigo ou le ranger dans son portefeuille. On peut gribouiller dessus et même le donner à un ami ». Certes, on ne peut pas coller son iPhone sur la porte du frigo et encore moins le donner à un ami (ou alors au meilleur d’entre eux, à la rigueur), mais pour le reste, on a le droit d’émettre des doutes.

on s’étonne d’un tel retour en arrière,
à une époque où la dématérialisation
et la mobilité sont devenues la norme

Little Printer

En effet, l’iPhone est un objet physique, connecté en permanence au Web et simple d’utilisation, que l’on peut poser sur une étagère si l’envie nous en prend, mais que l’on peut également emporter en pique-nique ou sur la plage, en montagne comme chez des amis, il s’affranchit de plus de la complexité des PC des années 80 sous DOS dont il fallait paramétrer la mémoire paginée avant de pouvoir lancer un jeu. Et l’iPhone est comme un morceau de papier que l’on peut effacer et réimprimer, qui ne se déchire pas et ne nécessite pas d’abattre des arbres (les plus critiques à son égard pourront certes lui reprocher le coût en vies humaines au sein des usines Foxconn en Chine, mais ce n’est pas le sujet du papier), on peut également le laisser près d’une source de chaleur sans qu’il noircisse irrémédiablement, et on peut même gribouiller dessus si on a l’appli qui convient pour cela. Il est doté d’un grand nombre d’applis d’échanges de messages, d’un gestionnaire de tâches que l’on peut même programmer vocalement avec Siri, et il nous fournit toutes sortes de news en temps réel et gratuitement pour peu que l’on y installe une appli ad hoc (News Republic, Pulse News, ou n’importe quel lecteur de flux RSS).

Little Printer

Trêve de sarcasmes, tout droit sorti d’un épisode de Chapeau melon et bottes de cuir, Little Printer reste esthétiquement une véritable réussite, mais on s’étonne d’un tel retour en arrière, à une époque où la dématérialisation et la mobilité sont devenues la norme. Alors que l’on encourage les internautes à ne pas imprimer leurs mails depuis des années, et que l’intérêt des services de news est de passer d’une info à l’autre sans devoir suivre un chemin de fer imposé par l’impression physique d’un magazine, Little Printer risque de montrer ses limites sur ce point-là : imposer l’impression de quelques titres, que l’on ne pourra pas approfondir autrement qu’en passant par un véritable journal papier ou en surfant sur son smartphone. On attendra donc avec curiosité les premiers résultats d’un pari un peu fou à notre sens. Et pour patienter, et parce que c’est vraiment une réussite, vous trouverez ci-dessous la vidéo promotionnelle de l’objet.

Lien : Little Printer (dispo en 2012)

(c) icommephoto.com