CameramaticCe toy camera plutôt réussi (voir notre test) voit aujourd’hui sa très copieuse librairie de filtres s’étoffer de quatre nouveaux venus : 2 gratuits (Baltazar, un sepia très « chocolaté » et Firebird, aux chaudes dominantes rouges) et 2 du pack noir et blanc (Berrychrome, lis de vin, et Retrochrome, noir et blanc virant au gris brun). Une nouvelle bordure accompagne également cette mise à jour, White 05, qui est un simple bord blanc fin. On apprécie également la modification de l’interface, qui permet de naviguer plus élégamment dans le choix des filtres. Mais ce n’est que la partie émergée de l’iceberg…

Cameramatic

La petite icône en haut à gauche de l'image est le Sésame de Cameramatic

En effet, tout cela ne change guère des précédentes mises à jour, mais ce serait oublier la présence d’une trop discrète icône en forme de clef à molette lorsque l’on touche la photo « traitée ». En la touchant, on entre dans l’arrière-cuisine de Cameramatic, qui permet de créer, de toutes pièces, ses propres filtres ! Et quels paramètres, jugez plutôt : deux traitements, deux couches, et un vignettage sont ainsi proposés ! Le premier traitement permet de choisir le type d’effet. Le « noir et blanc »se décompose ainsi en contraste, luminosité et grain ; le « standard », bien plus complexe, reprend le classique trio luminosité/contraste/saturation, mais y ajoute la courbe de couleur (droite, Xpro, Sigmoid, Gamma) et permet de contrôler les paramètres RGB. « Tone », plus simple, supprime simplement ce dernier groupe de fonctions. « Grayscale colour blenda » ajoute un filtre de couleur au mode noir et blanc. Enfin, « Colour Blend » permet d’ajouter un calque de couleur à sa photo, en définissant de plus le mode de fusion (normal, soft light, overlay, mulitply, hard light, grain merge, screen).

Cameramatic

Une richesse de traitement exceptionnelle !

On peut ensuite ajouter un second traitement, offrant les mêmes possibilités que le premier. Et la tête commence déjà à tourner ! Vient ensuite le premier calque, offrant là encore 4 modes. « Normal », qui est un nouveau filtre de couleur, peut être défini selon 16 modes de fusion et être placé sur ou sous l’image. « Texture' »offre 6 textures à appliquer à la photo, dont 4 de vieillissement plutôt réussies. On peut aussi choisir un « gradient circulaire » ou l’image originale elle-même. A chaque fois, on dispose des 16 modes de fusion, bien évidemment. Et on peut choisir un deuxième calque, comme le premier…

Cameramatic

La nouvelle interface permet de gérer ses propres filtres...

Enfin, le vignettage peut être défini selon sa force (darkness) et son rayon (width), mais aussi en fonction de sa couleur. Il est tout à fait possible de partir d’un filtre existant, pour le modifier afin d’obtenir l’effet recherché de façon très précise. On peut alors enregistrer son propre filtre en lui donnant un nom ainsi qu’une rapide description, qui viendra compléter la petite prévisualisation.

Avec ce passage à la version 1.2.0, qui aurait mérité d’être baptisée v2 tant elle apporte de nouveauté, Cameramatic s’impose comme l’appareil photo jouet le plus puissant et varié de l’App Store, offrant à la fois souplesse, richesse et simplicité. Une appli à (re)découvrir pour les amateurs de clichés vintage assurément !

Lien sur l’App Store : Cameramatic (1,59€)

(c) icommephoto.com