StreetmateNous l’annoncions depuis quelque temps déjà, mais ça y est, Streetmate est enfin disponible sur l’App Store aujourd’hui ! Mais les premières impressions sont mitigées, cela dit… Pour commencer, Streetmate s’oriente avant tout vers le statut de réseau social, et impose un grand nombre de contraintes, à l’image d’Oggl dont le lancement n’a pas forcément convaincu tout le monde. Et ce n’est pas le seul point commun que cette nouvelle venue partage avec la dernière née des studios de Synthetic Infatuation.

Streetmate

Streetmate, un réseau social de plus…

Après une inscription obligatoire, on découvre donc le coeur de l’appli, qui se divise en deux parties distinctes : l’appareil photo et le réseau de partage. On commence donc par se laisser à la curiosté et parcourt les dernières photos postées, classées selon divers mots clefs au-dessus desquels trône bien évidemment #street. Pour l’heure logiquement assez peu fréquenté, le réseau social nouveau-né offre déjà quelques photos intéressantes émanant de la production de bétatest, parmi lesquelles celles du développeur, Toto Tvalavadze.

Streetmate

L’appareil fait dans la simplicité…

L’appareil photo, quant à lui, fait le pari de l’épure : aucun réglage n’y est accessible, pas même celui de la mise au point. On remarque l’affichage façon télémétrie, évoquant une autre appli partageant cette philosophie, Viewfinder Classic, qui ne semble guère avoir reçu un accueil très chaleureux…

Streetmate

La photo de rue n’est pas sans danger… On risque de se faire racketter !

Mais le plus rageant est que Streetmate fait sienne une troisième règle, celle de la pellicule : on doit effectuer le choix de sa pellicule avant de se lancer en « reportage », à la façon de ces applis qui veulent renouer avec les contraintes de l’argentique (comme si une limitation technique artificielle pouvait être un atout…), parmi lesquelles Thirty Six ou Jetable. Et comme si cela ne suffisait pas, il faut publier ses photos en ligne afin qu’elles soient enregistrées dans la Pellicule… au format 1200×800 px [corrigé dans la version 2.1]! Ainsi, l’image d’ouverture de cet article est-elle publiée à sa taille quasiment maximale. Bref, Streetmate semble accumuler les barrières entre le photographe et le plaisir de contempler ses photos, d’autant plus qu’elle n’offre que deux pellicules (noir et blanc et « streetmate classic), invitant à débourser 89 centimes, voire 1,79€, pour débloquer chacune des quatre pellicules en option (deux couleurs, deux monochromes). Comment, dès lors, ne pas préférer 6×6 ou 6×7, couplés avec Instagram, Starmatic ou encore Flickr pour le partage ? Ce sont les utilisateurs qui se prononceront et feront de Streetmate un succès. Ou pas.

Lien sur l'App Store : ()