Une nouvelle année commence, et c’est l’occasion d’une rétrospective des douze mois écoulés qui nous ont offert de belles surprises avec des applis puissantes, mais aussi parfois étonnantes ou indispensables. Mais si l’App Store nous a donné matière à nous réjouir, l’iphoneographie s’est encore plus imposée comme une forme d’expression artistique auprès d’un public toujours plus large, notamment en France, où elle a trop longtemps été boudée.

Times

Ben Lowy, l’iphoneographie en une de Time

Tout commence par quelques chiffres (publiés par iStockPhoto), l’année 2013 ayant marqué la suprématie des smartphones en termes de vente, ces dernières dépassant pour la première fois celles des portables « classiques ». Cela ne représente encore que 16,7% des utilisateurs de portables dans le monde, mais reste impressionnant en atteignant le milliard d’abonnés utilisant un smartphone. Et la photo n’est évidemment pas en reste, avec un nombre de clichés qui ne cesse d’exploser : si en 2000, on pouvait estimer à 85 milliards le nombre de photos prises depuis l’invention de la photographie, treize ans plus tard, ce chiffre s’élève à 3500 milliards… Auxquels s’ajoutent, chaque jour, 250 millions de nouvelles photos sur Facebook (et 40 millions sur Instagram). Le plus intéressant est que, s’il s’agit en grande partie de photos de chatons, de tasses de café ou d’autoportraits criards, une part de ces productions photographiques est dédiée au photojournalisme. En effet, l’ouragan Sandy a non seulement été à l’origine d’un pack de filtres pour Hipstamatic, mais également été le sujet de 10 photos chaque seconde, dont l’une, prise par Ben Lowy, a terminé en couverture de Time Magazine.

Et la France a également ouvert les yeux sur ce phénomène, qui questionne plus que jamais l’avenir du photojournalisme (en remettant non pas son existence en jeu, mais sa pratique au quotidien, et le budget qui lui sera alloué dans une presse en position de grande faiblesse), mais également celui de la photographie artistique. La télévision et la radio ont relayé assez régulièrement cette thématique, même si le point de vue est généralement réducteur (et se pose toujours la sempiternelle question de savoir si l’iphoneographie est bien de la photographie). Et le festival de la photographie à Paris a connu sa seconde édition, malgré un succès sans doute parfois inférieur aux attentes de certains. La troisième édition sera sans doute la bonne !

Out of the Phone

L’édition a également été à l’écoute, puisqu’outre le livre de VuThéara Kham, Point of Vuth chez La Martinière, on a pu saluer l’audacieuse entreprise de Pierre Le Govic qui, avec Out of the Phone, se propose de porter la bonne parole dans les librairies. Son premier livre, consacré à Richard Koci Hernandez, a ainsi vu le jour de belle façon, promettant l’arrivée d’autres opus. Et c’est dernièrement vers le tirage limité et signé qu’il s’est dirigé, avec des photos d’Amy Leibrand, Dan Christea ou encore Stéphane Arnaud. Aucun doute que la photographie mobile va voir s’offrir de nouveaux espaces d’exposition dédiés en France, une initiative que l’on attend avec une brûlante impatience.

Camera+

Le Labo de Camera+ est une vraie réussite

Mais derrière ces chiffres et ces démarches se cachent avant tout un appareil et des applis, au cœur de ce blog comme vous le savez. Et si l’on a pu craindre de voir l’App Store ronronner en nous offrant sans cesse les mêmes variations autour de filtres vintage et pseudo Pola, l’année 2013 a su nous rassurer de bien belle manière. En effet, les appareils photo de remplacement se sont montrés brillants cette année encore, avec des mises à jour et des nouveautés. Commençons par la version 5 de Camera+, qui s’est dotée d’un labo photo dans la droite ligne de ce que proposait ProCamera, dont la version 7 a encore amélioré la qualité générale (avec un mode nuit impressionnant, et un mode rafale efficace). Et l’on a pu également découvrir PureShot qui se focalise sur la qualité des photos et le professionnalisme de son interface, au détriment sans doute d’une plus grande ergonomie… Mais nous avons également pu voir que les développeurs sont capables de dépasser nos attentes, avec des applis réellement impressionnantes d’un point de vue technique : le mode rafale n’a jamais été aussi rapide qu’avec SnappyCam Pro, au point qu’Apple a fini par embaucher son développeur et supprimer l’appli de l’App Store ! Le mode nuit a été poussé dans ses dernières limites par Light Boost, capable de produire des photos contrastées et claires dans les pires conditions. Et il ne faudrait pas oublier Group Shot HD Pro, qui sait utiliser une série de photos de portraits de groupe pour créer une synthèse quasi parfaite, assurant des clichés où chacun sourit joliment.

A noter que 2013 a vu la naissance d’iOS 7, petite révolution esthétique et belle évolution technique comme nous le disions lors de la sortie du système, avec un appareil intégrant des filtres en temps réel et divers modes de capture, et surtout un meilleur classement des photos et une mise à jour des applis en tâche de fond bien plus pratique au quotidien. En attendant iOS 7.1, pour cette année !

Superslides

Superslides, petite sœur de Lo-Mob

2013 a également montré que les anciens n’avaient pas dit leur dernier mot, et nous avons ainsi pu voir le retour d’éditeurs pionniers comme Banana Camera Co avec BananaCam, Aestesis avec Superslides, graf avec Lightboxr, Tai Shimizu avec Filterstorm Neue, Nevercenter avec Camerabag 2, ou encore James Moore avec Gelò des applis plus ou moins convaincantes dans des genres divers, mais qui prouvent que ceux qui font l’iphoneographie – les développeurs – continuent de chercher à améliorer nos outils.

Waterlogue

La claque signée Waterlogue

Et si 2013 a vu naitre un nombre délirant d’applis de décoration photo, le texte et les graffitis semblant être la dernière fantaisie à la mode sur les réseaux sociaux, il ne faut pas oublier un mouvement de fond sans doute plus intéressant, mobilisant là encore des qualités de programmation étonnantes : les applis d’effets graphiques qui s’avèrent sans cesse plus impressionnantes et réalistes, allant bien au-delà du crayonné qui a eu son heure de gloire auparavant. On se rappellera donc Tangled FX, et ses fibres arachnéennes suivant les contours du sujet et Repix, qui nous donne l’impression de dessiner sur nos clichés avec une palette d’outils des plus conséquentes. John Balestrieri, auquel on doit Percolator et Popsicolor, nous a offert l’appli d’effet aquarelle la plus extraordinaire du moment avec Waterlogue. Et Ben Guerrette et l’éditeur Pixite ont fait le coup du chapeau avec Tangent, LoryStripes et Fragment, prouvant que l’on peut renouveler l’offre avec un minimum d’imagination.

VSCO Cam

VSCO Cam, la référence en termes de filtres

La preuve en est avec les applis de retouche qui là encore ont dépassé les limites que l’on pensait établies, avec des outils d’une rare puissance, à commencer par Handy Photo, version plus incroyable encore de Touch Retouch, capable non seulement de retoucher les photos et de supprimer des éléments parasites, mais également d’effectuer des copier-coller inédits sur un smartphone. Quant à Color Thief, elle parvient à analyser une photo pour en déterminer la nature des filtres appliqués, afin d’appliquer ce style sur d’autres photos. Là encore, on s’étonne de l’imagination de son développeur ! Plus classiques, mais devenues incontournables, Mextures et VSCO Cam nous ont offert des outils indispensables. La première en jouant sur les calques de texture comme aucune autre. La seconde en nous offrant un tout-en-un bénéficiant du savoir-faire incomparable d’un éditeur spécialisé dans les effets « style argentique » pour Lightroom et Photoshop, et qui étoffe son catalogue de filtres de mois en mois, bâtissant une communauté parallèle basée sur la qualité des clichés et non pas la seule quantité de likes.

Et vous, quelle aura été votre année 2013 ? Quelles sont vos applis favorites ? Qu’attendez-vous de 2014 ? N’hésitez pas à nous en faire part dans les commentaires!