AreocutEffectuer des collages sur iPhone n’est jamais simple, et il faut souvent recourir à de sérieuses suites graphiques comme Leonardo ou Filterstorm Neue, ou choisir une appli dédiée, comme Superimpose. Voici qu’Areocut vient compléter l’offre, mais sans révolutionner le genre…

NoteHalfNoteHalfNoteHalfNoteOffNoteOff

L’appli fonctionne de façon classique, en proposant dans un premier temps de charger l’image de fond, puis le premier calque, dont on détourera l’élément à conserver et à intégrer dans le fond.

Areocut

Le détourage d’Areocut manque de précision…

Pour cela, on dispose d’un outil lasso, très classique, mais qui est pénalisé par l’absence de zoom en temps réel, au contraire de Superimpose. Parvenir dans ces conditions à définir un détourage parfait tient plus du miracle que d’autre chose… Il faut alors absolument sélectionner les outils crayon et gomme, afin de modifier détail par détail la sélection. On peut définir un flou progressif à l’aide de l’icône en forme de rouage (qui permet également de sélectionner ou désélectionner l’ensemble du calque). Il aurait vraiment été préférable de proposer une option aux outils, à l’image de Filterstorm, par exemple, pour sélectionner la taille du pinceau et le flou. Autre souci : l’appli souligne bien peu la différence entre partie sélectionnée et partie écartée, et là encore, le choix d’un fond en forme de carreaux, comme le propose Leonardo, aurait été plus efficace.

Areocut

Les opérations de clonage sont très simple

Une fois le détourage obtenu, il ne reste qu’à valider son choix. L’image est alors incrustée sur le fond, et l’on peut aisément le déplacer et le redimensionner. Cela dit, les bords manquent souvent de netteté, même en réduisant le flou au maximum… Areocut autorise cependant des fonctions sympathiques, comme le clonage et la symétrie, appliquée à l’élément sélectionné (l’original ou ses clones). On peut ainsi multiplier à l’envi le sujet détouré.

Areocut0

Les outils de retouche sont au complet

L’étape suivante permet d’appliquer différents effets à un élément sélectionné (et non pas d’un calque). Cependant, on s’aperçoit là que la gestion des  calques est là encore approximative. En effet, il faut sélectionner un élément d’un calque (layer) avant d’appliquer un effet (contraste, saturation, colorimétrie, gamma, transparence, mode de fusion…), mais alors, pourquoi parler de calque, puisqu’en réalité, chaque élément est un calque différent. On a du mal à saisir la logique, d’autant plus qu’il est impossible de modifier l’ordre des éléments : il faudra donc bien penser à l’ordre d’importation, en commençant par les éléments éloignés pour finir par les plus proches. Ne reste plus qu’à sauvegarder (sans perte de résolution, heureusement) l’image produite, ou à la partager via Facebook, Twitter, Instagram ou e-mail.

En quelques mots : plutôt bien pensée, Areocut souffre cependant de la concurrence et d’une certaine approximation de ses outils.

UpOn apprécie DownOn regrette
  • Les outils au complet
  • L’imprécision de la sélection
  • L’absence de zoom en mode lasso
  • L’impossibilité de réordonner les calques

 

Configuration : iPhone, iPod Touch ou iPad sous iOS6.0 ou supérieur.

Lien sur l'App Store : Areocut (0.99EUR)