FadedPrésentée comme un appareil photo et une suite de retouche d’inspiration 70’s, Faded montre très vite son envie de se frotter à la référence actuelle qu’est VSCO Cam, avec une philosophie très proche. Si elle dispose d’atouts indéniables, sauront-ils faire oublier la concurrence ?

NoteHalfNoteHalfNoteHalfNoteHalfNoteOff

Faded

Faded propose un appareil identique à celui de VSCO Cam

L’appareil photo de Faded s’avère complète et dans la moyenne haute de ce que propose de genre d’applis, avec capture en mode 4/3 (avec grille de composition optionnelle) ou en mode carré. Pour commencer, on apprécie la réactivité de la séparation AE/AF, poser deux doigts sur l’écran suffit à déclencher cette fonction immédiatement, et le déplacement de l’icône « Expose » se traduit instantanément en une modification du réglage, et la possibilité d’afficher un curseur de correction d’exposition est bienvenue. En amenant l’icône d’exposition sur celle du point, on repasse en mode « tape to focus » classique, ce qui plaira à certain, mais en déroutera sans doute beaucoup : une classique double-tape pour revenir en autofocus aurait certainement mieux valu. Pour tout dire, ceux qui utilisent l’appareil photo de VSCO Cam auront une très forte impression de déjà-vu…

Autre petit reproche : si le retardateur fonctionne plutôt bien, le mode de déclenchement sonore se révèle bien peu pratique pour bien des raisons. Tout d’abord, on ne peut pas régler le seuil de déclenchement, et le fait de poser ou de déplacer l’iPhone sur une surface dure aura pour effet de lancer le (court) compte à rebours, et l’absence de tout signal, sonore ou lumineux, finit d’installer la confusion. Il existe pour cela d’excellentes applis dédiées, au nombre desquelles figure la très recommandable KeyCam - Self Timer Camera (with clap-to-snap feature) (gratuite) dont devraient s’inspirer les développeurs de Faded. À noter que l’appareil photo impose un flux de travail capture / validation / retouche. Là encore, quitte à s’inspirer de ce qui se fait de mieux, il aurait fallu penser à proposer une autre méthode, en gérant par exemple une photothèque interne.

Faded

L’inspiration se ressent également dans l’interface…

L’accès à la photothèque (aussi esthétique que l’affichage du journal de VSCO) s’effectue de puis l’accueil de l’appli, ou, lorsqu’une photo a été prise et validée, en touchant l’icône en haut à gauche qui fera apparaître un menu comme on le voit ci-dessus, et qui rappelle vous-savez-qui. Cet accueil donne accès à l’ensemble des fonctions de retouche, à l’aide du menu situé en bas de l’écran : filtres ; corrections chromiques ; effets spéciaux ; recadrage, symétries et redressement ; bordures ; calque supplémentaire.

Faded

Les nombreux filtres font souvent partie de packs payants

Le premier ensemble d’outils concerne donc les filtres, répartis en 7 catégories : Clean (4/4), Film (10/8), Instant (4/4), Portraits (4/4), Hazy (0/4), Moody (4/8), B&W (8/4). Cependant, si le nombre de filtres peut paraître élevé, il faut comprendre que la liste précédente indique entre parenthèses le nombre de filtres intégrés, suivi de celui des filtres à débloquer via des achats intégré, traduit visuellement dans l’interface par des vignettes classiques, et d’autres encadrées (correspondant à un IAP de 4 filtres). La boutique intégrée propose un achat « global » de 4,49€, comprenant l’ensemble des 14 packs (filtres et effets spéciaux) actuellement intégrés (total de 12,46€). Cela n’a rien d’exorbitant, comparé à ce type d’applis (pensons aux 89cts demandés par Hipstamatic ou VSCO Cam pour 3 filtres en général), et le pack global s’avère intéressant (équivalent aux 5,49€ du pack de lancement de VSCO Cam, l’appli étant pour sa part gratuite). Il semblerait donc que ce modèle économique tende à s’imposer ces derniers temps, et impose aux utilisateurs soucieux de leur budget de faire un choix et de se consacrer à une appli plutôt qu’à une autre.

Faded

Les filtres ont une intensité variable

Une fois un filtre choisi, il s’affiche en plein écran, avec un curseur de réglage d’intensité (là encore, sans surprise), mais on regrette qu’il soit impossible de zoomer dans l’image, ce qui impose des réglages parfois approximatifs. On peut passer d’un filtre au suivant d’un simple glissement de doigt sur l’écran, dans les limites du pack. Enfin, un curseur situé en bas de l’écran permet de modifier l’intensité de l’effet lié au filtre.

Faded

Les outils de retouche répondent presque tous présent à l’appel

Après les filtres, on trouve les outils de retouche classique, au grand complet ici : exposition, contraste, luminosité, température, teinte, délavé, zones lumineuses, zones sombres, accentuation, vignette et grain. On pourrait remarquer l’absence de la coloration des zones claires et sombres, ou de la vibrance, pour les amateurs de VSCO Cam, mais rien de rédhibitoire à cela. Pour le reste, l’appli fait un excellent travail, d’autant plus qu’un second menu permet d’accéder aux modifications de cadrage : rotation, symétrie, redressement et recadrage selon une dizaine de formats.

Faded

Les effets, intéressants, manquent un peu de finesse

La différence vient de la présence d’un menu « FX » qui offre pour sa part des outils dont ne dispose pas VSCO : ajout de poussière et rayures (4/8), simulation d’émulsion (4/8), de bordures (4/8), de dégradés colorés (4/8) et de fuites de lumière (20/8). À noter qu’ici, un seul pack permet de déverrouiller tous les effets. Il est possible de modifier l’intensité des effets, de choisir parfois leur mode d’application. Cependant, on regrette que l’ensemble manque un peu de subtilité, et que les dégradés ne remplacent pas un effet de filtre ND Grad, idéal pour retoucher un ciel surexposé. Bref, cette partie-là ne convaincra pas totalement les amateurs exigeants, qui se tourneront vers des applis dédiées plus efficaces. On trouvera également un menu dédié à des bordures géométriques, avec 18 modèles entre cercles, étoiles, croix et autres…

Faded

L’ajout d’expositions est un vrai plus de Faded

Pour finir, Faded propose une fonction de surimpression, permettant d’ajouter un calque, avec différents modes de fusion, lequel pouvant être une photo importée de la pellicule, une nouvelle photo prise avec l’appareil, ou une couleur unie. C’est, là encore, une fonction dont ne dispose pas son concurrent, et qui est un vrai plus, que l’on ne trouve généralement que dans des applis plus spécialisées.

Faded

Les automatismes sont l’atout principale de l’appli

On a cependant gardé le meilleur pour la fin : en balayant l’image de haut en bas, on accède à l’historique visuel des retouches. C’est réellement idéal pour revenir à une étape antérieure très facilement. Et ce n’est pas tout : il est possible d’enregistrer l’ensemble des étapes effectuées sur la photo en cours, que l’on connaît sous le nom d’automatisme, pour les appliquer ensuite facilement à d’autres photos ! C’est là un atout indéniable de Faded, et si l’on y ajoute les autres fonctions spécifiques, on obtient un titre réellement prometteur, qui pourrait bientôt faire parler de lui, si quelques ajustements sont effectués (notamment pour la gestion des effets spéciaux).

En quelques mots : reprenant à la lettre la philosophie de VSCO Cam, Faded souffre d’une ergonomie encore perfectible, mais bénéficie d’une gestion des automatismes intéressante. Que chacun choisisse son camp !

UpOn apprécie DownOn regrette
  • Les outils très complets
  • L’accès à l’historique visuel
  • La gestion des automatismes
  • La fonction de fusion
  • L’obligation de traiter les photos après la prise de vue
  • L’absence de photothèque intégrée

Configuration : iPhone, iPod Touch ou iPad sous iOS 6.0 ou supérieur

Lien sur l'App Store : Faded - Photo Editor (1.99EUR)