FakeshiftAlors que les applis dédiées à  l’effet de flou connu sous le nom de Tilt Shift sont légion, au point que nous leur avons accordé un long comparatif, voici qu’une petite nouvelle fait son apparition, sous le nom de Fakeshift. À première vue, rien ne semble la distinguer des autres, mais hélas, la différence se fait au détriment de la dernière arrivée…

Les premiers pas avec Fakeshift ne sont guère aisés, en dépit d’une bonne connaissance des applis de ce type. L’interface rappelle un peu l’esprit de Tilt Shift Focus, mais en moins pratique encore.

Fakeshift

L'interface de Fakeshift souffre d'une ergonomie perfectible

En effet, alors que toutes les applis du genre s’accordent à utiliser deux doigts pour orienter l’effet et en définir l’importance, le pincement permet ici de zoomer et dézoomer de façon totalement inutile et illogique. Pour régler l’effet, il faut toucher les deux ancres jaunes à l’écran… Rapidement, on se rend compte que le choix n’est pas le bon, tant s’en faut, et complexifie grandement une manipulation dont on avait pris l’habitude. Et ce n’est pas une mauvaise habitude qui a été prise, mais une mauvaise ergonomie qui nous est proposée ici.

Autre souci : lorsqu’on modifie les réglages, il faut faire preuve d’une patience infinie pour que résultat se répercute à l’écran, sans que l’on comprenne réellement ce qui déclenche le recalcule de la prévisualisation. Ce gros défaut finit d’agacer au plus haut point.

Fakeshift

Bonne idée que l'inversion de mise au point...

L’originalité (positive) de l’appli concerne la possibilité d’inverser la mise au point, en floutant la sélection. C’est bien peu pour faire oublier les défauts… Pour le reste, on est en terrain connu, avec un réglage de l’intensité du flou, et, pour la correction des couleurs, la possibilité de modifier la luminosité et le contraste. On préfère là encore le choix de Tilt Shift Generator et sa gestion de la saturation, qui donne des résultats bien plus intéressants. En bref, il y a encore beaucoup de travail pour que Fakeshift se hisse à la hauteur de la concurrence !

En quelques mots : Fakeshift ne propose pas de révolutionner le genre, ni de reprendre l’ensemble des points de forts de la concurrence, ou d’améliorer un concept déjà bien établi. Au contraire, elle semble réinventer la roue, sans pour autant rouler bien droit… À revoir !

Lien sur l’App Store : Fakeshift (0,79€)

(c) icommephoto.com