FusioncamNous le disions à l’occasion du test de Gradient+Synthesis, la fusion (et donc la multiexposition) est à la mode en ce moment, et l’appareil photo Fusioncam de Stepcase apporte sa pierre à l’édifice avec comme atout une simplicité d’utilisation exemplaire.

Fusioncam

L’aide intégrée rend l’appli encore plus simple à prendre en main

L’appareil photo bénéficie en effet d’une ergonomie parfaite : un simple appui sur l’icône en forme de point d’interrogation superpose en effet un guide des fonctions. Cela dit, les boutons sont suffisamment clairs pour que l’on puisse se passer rapidement de cette antisèche.

Fusioncam

Le mode multiexposition affiche les précédents clichés en surimpression

L’appareil photo bénéficie d’une ergonomie parfaite

Après avoir pris une photo – avec ou sans l’un des filtres, activés à l’aide du curseur à gauche du déclencheur (toy camera, désaturé ou noir et blanc) -, ce qui peut être long (environ 10 secondes à pleine résolution sur 3GS…), on peut activer l’icône de multiexposition en bas à droite, et le cliché vient alors apparaître dans le viseur par transparence, simplifiant d’autant plus la composition !

Fusioncam

La galerie garde trace de tous les clichés

On a ensuite la possibilité d’ajouter autant d’expositions que l’on veut (chaque « étape » étant enregistrée séparément, pour éviter toute erreur), chacune pouvant bénéficier d’un effet différent. On peut alors « développer » l’image (c’est-à-dire l’enregistrer dans la pellicule, à la résolution maximale, avec une bordure façon pellicule argentique) ou la partager sur le réseau social Steply de Stepcase, mais également Facebook, Twitter, Tumblr, Sina Weibo, Posterous et Flickr.

Fusioncam

Le résultat final est enregistré à la résolution maximale de l’iPhone

En quelques mots : ludique et efficace, Fusioncam ne pâtit guère que d’une certaine lenteur entre deux prises de vue. Pour le reste, la multiexposition est reproduite avec ergonomie et esthétique.

Lien sur l'App Store : Fusioncam (1.99EUR)