Malgré la noria d’applications proposant de reproduire numériquement les appareils photos dits « toy camera » et autre instamatics,  il ne se passe jamais quelques semaines sans qu’un nouveau venu vienne jouer des coudes pour tenter de se faire une place entre Hipstamatic, Lo-mob et PictureShow. Le nouveau venu est Infinicam, qui revendique l’infini, et peut prétendre l’atteindre, en dépit d’une interface pas toujours évidente…

Comme je vous le disais dans mon article publié lors de la sortie de l’appli, Infinicam se place dans une veine « philosophique » située entre PictureShow et PlasticBag, alors que l’éditeur de l’appli nous avait déjà proposé, en septembre 2008, CameraBag, bon petit appareil proposant 13 effets parmi les valeurs sures du moment (lomographie, noir et blanc, magazine, cross-process, etc.).

Une interface - très logiquement !- dépouillée...

Pour sélectionner ces différentes possibilités, on peut soit appuyer sur le bouton « Press for new camera » en bas à droite (ce qui génère une association effet/bordure aléatoire), soit faire glisser son doigt (horizontalement pour faire défiler les effets et les bordures, verticalement pour ne modifier que ces dernières), soit enfin taper du doigt sur l’image pour sélectionner directement l’effet ou la bordure dans une liste (dépourvue d’exemple, cela dit). Une impression de richesse qui peut frapper de prime abord…

Las, infinicam permet de choisir parmi 6 effets (plus la photo originale) et 18 bordures, et les amateurs de mathématiques et de calcul mental auront tôt fait de compter les possibilités ainsi offertes : 126 possibilités. Quand l’argumentaire de l’App Store annonce qu’il y a « littéralement des millions de styles d’appareil à découvrir » : l’astuce réside en fait dans la présence du bouton déclencheur en bas à droite de l’écran : d’une simple pression est généré un effet aléatoire, codé sur 7 « chiffres » hexadécimaux (soit 16 valeurs possibles, de 0 à 9 puis de A à H), ce qui permet d’atteindre le chiffre de 16 puissance 7 : plus de 268 millions de possibilités. Mais pour voir ces effets, il faudra en passer par la longue génération aléatoire de ces effets…

6 effets, voilà qui est bien pauvre ! A vous de créer les vôtres !

Lorsqu’un effet généré s’avère particulièrement intéressant, il est en effet possible de le sauvegarder en touchant le levier pour le placer sur l’étoile : un champ de saisie apparaît où l’on peut donner un nom à l’effet généré, de façon à ne pas le réduire au nom de code A15-V80H… Reste qu’il faudra faire preuve d’imagination pour trouver des noms différents et parlants ! Et en maintenant enfoncé le bouton en bas à droite, il est également possible d’entrer soi-même un code directement, code obtenu sur le Net, par exemple, ou par e-mail, si un ami envoie une photo prise avec Infinicam.

Un effet pinhole qui manque cruellement de contraste

Il faudra donc passer beaucoup de temps pour générer une liste d’effets, afin d’étoffer le menu de l’appli un peu vide au départ. Dommage car le codage des effets déterminant les filtres appliqués, il aurait pu être intéressant de donner accès à ces sept paramètres afin de pouvoir régler plus finement le résultat… Enfin, on relèvera un point négatif : Infinicam ne profite guère des possibilités offertes par l’iOS 4 et quitter l’appli, c’est perdre ses réglages…

En quelques mots  : Vers l’infini, mais que le chemin est long, voilà quel pourrait être le slogan d’Infinicam qui nécessitera un longue période d’apprentissage avant d’être correctement maîtrisée, et voir son menu d’effets se remplir pour ainsi prétendre concurrencer sérieusement les ténors du genre.

Lien vers l’App Store : Infinicam

(c) http://icommephoto.wordpress.com