instamatonDrôle d’appli qu’Instamaton qui se veut un croisement entre cabine photo et appareil vintage et s’avère être au final plus proche de Diptic…

En effet, l’appli s’annonce comme le mix entre cabine photo et polaroid, mais qui dit cabine dit, généralement, utilisation de l’appareil frontal avec prise successive de quelques clichés…

Instamaton

L'appli hésite quant au type d'interface à adopter...

Mais l’accueil de l’appli, assez peu ergonomique de prime abord, nous détrompe rapidement : il faudra prendre à l’aide de l’appareil frontal ou dorsal, ou charger si l’on veut, quatre fois de suite une photo qui viendra s’ajouter au cadre final, comme ce que proposent les applis comme Diptic ou PicFrame. On préfère de très loin la simulation façon BoothClub, ClassicBooth ou IncrediBooth. Cela dit, l’absence de « Booth » dans le nom était sans doute un indice à ne pas négliger… Là encore, le choix, par défaut, de la caméra frontale aurait été un vrai plus. On pourra cependant choisir un mode 2×2 ou en bande de 4 photos verticales.

Le résultat est équivalent aux autres applis du genre

Instamaton

9 filtres et 19 cadres, pour un résultat plus ou moins probant

Une fois les photos prises ou charger on peut appliquer, indépendant à chacune d’elles, l’un des 20 modèles de cadre et l’un des 9 filtres proposés, l’assemblage pouvant s’avérer d’un goût fort douteux d’ailleurs.

Et le résultat final ? Pas mal, mais la résolution de 500×500 pixels par photo (soit 1000×1000 en format carré ou 500×2000 en bande) est inférieur à ce que l’on peut obtenir avec, justement, PicFrame, mais équivalent aux autres applis du genre.

En quelques mots : souffrant d’une interface peu ergonomique trahissant une volonté assez floue, plaçant l’appli entre la cabine photo, le polaroid et le montage, Instamaton ne convainc guère, surtout face à une concurrence très bien rodée.

Lien sur l’App Store : Instamaton (0,79€)

(c) icommephoto.com