iWatermarkQuand on poste ses clichés sur Internet, se pose rapidement la question de la protection de ses œuvres. S’il est toujours possible d’ajouter un copyright avec bon nombre d’applis (Impression, par exemple), l’envie de signer ses clichés peut se faire ressentir. C’est la raison d’être d’iWatermark, bonne appli dans le domaine en dépit de quelques restrictions frustrantes.

L’appli permet de prendre ou de charger une photo, puis d’y ajouter sa marque, sous forme d’un texte, d’une version numérisée de sa signature, d’un logo quelconque ou d’un QR Code.

iWatermark

Des modèles de filigranes sont intégrés, mais peu sont réellement utilisables

On trouve par défaut de nombreux modèles de signatures, filigranes et logos intégrés à l’appli : confidential, copyright, top secret, verrou, drapeau américain, colombe, date, access denied, censored, ballons et diverses signatures (parmi lesquelles Ghandi et Léonard de Vinci…). Seuls le grand logo du copyright et les différentes dates seront d’utilité réelle, les autres faisant plutôt office de gadget.

iWatermark

67 polices sont proposées pour créer son filigrane

On peut donc décider de créer ses propres filigranes, à commencer par une version texte. Après avoir entré ledit texte, choisi sa police parmi les 67 intégrées, la taille, la couleur, l’opacité et l’angle, on n’aura plus qu’à enregistrer le résultat. Attention, cet enregistrement ne concerne que la signature, et non pas la photo. Pour la marquer définitivement, il faudra à nouveau appliquer le filigrane créé précédemment, puis choisir l’enregistrement ou le partage (pellicule, e-mail, Facebook ou Twitpic). On s’aperçoit à cette occasion que s’il est possible de changer la taille et l’angle du texte, il n’est plus possible d’en changer la couleur ou l’opacité. C’est un choix très étrange qui limite l’intérêt de la chose, car il faut alors recréer un nouveau filigrane si la couleur ou l’opacité choisie ne convient pas à la nouvelle photo à marquer…

iWatermark

L'appli numérise la signature et crée un fond transparent

Il est également possible de numériser depuis l’appli sa propre signature en utilisant l’appareil photo intégré. Pour cela, il faudra utiliser un feutre noir sur un papier bien blanc avec une exposition franche pour que l’appli puisse créer dans les meilleures conditions un fond transparent. Là encore, s’il est possible de modifier la taille et l’opacité de la signature, elle sera toujours de couleur noire, ce qui ne conviendra pas en cas de photo noir et blanc, par exemple. On se dit alors que le choix d’un mode de fusion différent, par exemple Différence ou Exclusion résoudrait la plupart des problèmes. De là à penser que l’utilisation d’une appli comme Superimpose a des atouts indéniables, il n’y a qu’un pas que beaucoup risquent de franchir…

iWatermark

L'intégrationd 'un QR Code est une fonction originale

Cela dit, si vous souhaitez ajouter du contenu « interactif » à vos photos, en ajoutant par exemple l’adresse web de votre site, vous pouvez faire appel aux QR Code, ces petits pictogrammes carrés qui encodent une adresse, un nom, un numéro de téléphone ou toute info qui semble pertinente.

En quelques mots : si l’ergonomie de l’appli n’est pas parfaite, c’est surtout l’impossibilité de changer la couleur et la transparence des signatures qui gène le plus, imposant la création peu aisée de différents modèles en fonction des photos à signer. La gestion des QR Code est en revanche un vrai plus.

Lien sur l’App Store : iWatermark (0,79€)

(c) icommephoto.com