LeonardoAvec la disparition de PhotoForge 2, l’App Store perdait un excellent élève de Photoshop. Fort heureusement, Leonardo vient corriger cela, en offrant une appli complète pour la retouche « pro ».

NoteHalfNoteHalfNoteHalfNoteHalfNoteHalf

Tout comme Filterstorm, notamment, Leonardo offre l’ensemble des outils de retouche et de correction que l’on attend d’une appli de ce genre, y compris la gestion des calques, exercice où elle excelle comme nous le verrons.

Leonardo

L’accueil affiche la couleur…

Leonardo ne fait pas les choses à moitié avec des options d’importation des plus complètes : on peut retrouver les différents projets enregistrés automatiquement, ouvrir une photo depuis la Pellicule et ses albums, depuis le presse-papier, l’appareil photo et il est même possible de partir sur une image vierge, si l’on souhaite par exemple créer une texture en utilisant les filtres et différents outils. Leonardo propose même, en utilisant l’icône en forme de note de musique, d’accéder aux données partagées via iTunes (ce qui sera nécessaire pour les fichiers non aplatis au format PSD, comme nous le verrons).

Leonardo

L’interface est complète et intuitive

L’interface de Leonardo est exemplaire, car ergonomique et complète. En haut se trouvent les options permettant de retourner à l’accueil, d’enregistrer ou exporter son travail, d’afficher l’image avec les calques superposés (mode « flatten view ») ou uniquement le calque sélectionné (mode « layer view »), d’annuler et de rétablir les opérations enregistrées dans l’historique (lequel est enregistré dans chaque projet !). Sur le côté s’affichent les outils des différents menus, lesquels sont accessibles dans le bandeau inférieur : calques, transformation (rotation, redimensionnement), filtres (exposition/contraste, teinte/saturation, vibrance, niveaux de gris, clarté, « masque flou », accentuation, flou gaussien, courbes, histogramme, vignette, réduction du bruit, zones sombres/claires, balance des couleurs des zones sombres/moyennes/claires, accentuation des couleurs RVB, mélangeur de canaux, balance des blancs, inversion des canaux), effets spéciaux (préréglages en couleurs ou en n&b, fuites de lumière, textures, bordures grunge, effet peinture, effet crayonné, décalage des couches rvb, « color map », filtre de couleur, bordures, reflets, reflet horizontal, flou radial, flou directionnel, bruit, ombre portée, postérisation, mode binaire, filtre passe-haut, pixellisation, ondulations, verre, distorsion bosse/tunnel/tourbillon, miroir horizontal/vertical), outils (recadrage, redressement +/- 30°, symétries, tampon, texte, brosse, dégradé linéaire, dégradé radial, taille), sélection (baguette magique, plage de couleurs, brosse, lasso, polygone, dégradé linéaire, bilinéaire ou radial, rectangle, ellipse) et masque (mêmes outils). On le voit, Leonardo offre une palette d’outils digne des pro, et il faudra un peu de temps pour découvrir l’ensemble de l’appli…

Leonardo

L’outil accentuation est d’une grande efficicaté

Les « filtres » sont, comme nous l’avons vu, très complets et, de plus, ergonomiques et efficaces. On apprécie notamment l’outil très simple d’accentuation, qui donne, comme on le voit ci-dessus, de bons résultats sans augmentation catastrophique du bruit, même quand il est poussé à 100%. Les curseurs répondent parfaitement et le résultat est affiché en temps réel, à mesure que l’on déplace les curseurs, ce qui permet d’obtenir des résultats rapides et précis. Un vrai bonheur. Certains outils, cependant, s’avèrent un peu plus capricieux, mais sans que cela soit en rien rédhibitoire (au contraire, par exemple, de ce que proposait PhotoForge 2 dans sa première version). On peut zoomer dans l’image et masquer les curseurs à loisir, pour obtenir une prévisualisation d’excellente qualité. On est impressionné par la puissance de l’ensemble, qui se hisse d’emblée au meilleur niveau.

Leonardo

Les filtres sont l’un des points forts de l’appli

Les effets, à présent, pourraient sembler discutables, mais il n’en est rien, et l’on s’en aperçoit quand on effectue les premiers essais. Les préréglages, par exemple, sont très bons. On en trouve deux sortes, en couleur ou en noir et blanc. La première catégorie fait la part belle aux effets lomo et traitement croisé à la mode Instagram, la seconde offrant des variations monochromatiques entre noir et blanc et sépia. Le tout compose une offre complète d’une trentaine de filtres intéressants, dont on peut, bien sûr, moduler l’intensité. Et il en va de même avec les fuites de lumière, dont on règle la « texture », mais aussi l’angle. Rien que pour ces deux outils, Leonardo vaut le détour ! Le reste des effets est à l’avenant, et s’il s’avère moins spectaculaire, assure cependant des rendus de qualité et très variés.

Leonardo

Le pinceau d’édition est également très pratique

Les outils sont pour la plupart classiques et très connus (recadrage, redressement, texte…), mais nous nous arrêterons sur l’un des plus originaux : le pinceau d’effet, assez rare sur une appli iOS. Cet outil permet d’appliquer du bout du doigt l’un des effets suivants : éclaircir, assombrir, réduire/augmenter la saturation, supprimer les yeux rouges. On peut y modifier la taille et la progressivité de la brosse à l’aide d’un curseur bien pensé, ainsi que sa transparence. On peut ainsi mettre en valeur un sujet en l’éclaircissant ou en assombrissant l’arrière-plan, voire créer un effet color splash en toute simplicité. L’historique permet d’annuler chaque coup de brosse ou de revenir à l’état avant toute l’application.

Leonardo

La gestion des calques est parfaite

Venons-en à présent au point fort central de l’appli, la gestion des calques. L’interface en est limpide, et c’est un vrai bonheur que de les utiliser ! En bas de la colonne de droite apparaissent el commandes de base : copier un calque, coller une image du presse-papier, ajouter un calque depuis la pellicule/le presse-papier/l’appareil photo ou ajouter un calque vierge. Une icône en forme d’œil permet d’afficher ou de masquer chaque calque indépendamment et l’on peut, comme nous l’avons dit, passer en mode d’affichage par calque (pour effectuer une opération dessus de façon précise) ou aplati (pour obtenir une prévisualisation d’ensemble). De plus, en touchant brièvement l’un des calques, on accède à la gestion de la fusion : mode à appliquer parmi 17 proposés, fusion avec le calque inférieur, suppression, duplication, redimensionnement et opacité.

Leonardo

L’outil masque nécessite un court apprentissage…

L’intérêt des calques serait évidemment limité si Leonardo ne proposait pas de gestion de masques. Fort heureusement, les outils de sélection sont nombreux, comme il se doit : baguette magique, étendue de couleur, pinceau, lasso, polygone, rectangle, ellipse, dégradé… On peut modifier le masque en ajoutant ou supprimant des parties, ou en l’inversant, voire en ajoutant un dégradé pour créer un fondu plus doux. On pourra reprocher cependant à l’outil polygone son manque de simplicité, fermer la figure requérant de nombreux essais…

Leonardo

Un exemple obtenu à l’aide des calques et des masques

Les masquent permettent, par exemple, en créant un calque flou inférieur avec le filtre flou gaussien, et un calque supérieur ne contenant que le sujet à isoler, de créer un effet de profondeur de champ précis et assez rapide. Bien évidemment, les possibilités sont très nombreuses, et il faudra apprendre à maîtriser les subtilités de chaque outil pour tirer pleinement profit de cette appli des plus complètes.

Leonardo

Leonardo permet d’enregistrer ses photos au format Photoshop !

Pour finir, soulignons que Leonardo permet d’enregistrer ses photos au format JPEG, PNG (pour la gestion des transparences) et PSD pour conserver les calques en envoyant le fichier par e-mail ou via iTunes.

En quelques mots : outil extrêmement puissant et complet, Leonardo souffre sans doute de sa richesse, mais ne décevra pas les plus exigeants.

Mise à jour du 05/09/2013 : La version 1.1 ajoute le partage Dropbox, idéal pour le travail au format PSD, ainsi qu’un outil de correction de perspective aussi efficace qu’ergonomique.

Up On apprécie Down On regrette
  • La richesse des outils
  • La gestion des calques
  • Les excellentes fuites de lumière
  • L’outil masque parfois déroutant

Configuration : iPhone 4, iPod Touch 4 ou iPad 2 sous iOS 5.0 ou supérieur.

Lien sur l'App Store : Leonardo - Photo Editor with Layer, Selection and Mask (4.99EUR)