LightboxrLightboxr est la nouvelle appli de retouche photo de graf, auquel on doit de solides titres comme Plastica ou StopMotion Recorder. Il s’agit d’une version nettement avancée de l’une des meilleures applis des débuts de l’iphoneographie, à savoir PictureShow. Le temps  a passé, et graf a su tirer parti des avancées technologiques pour nous offrir une appli simple et complète comme nous les aimons.

NoteHalfNoteHalfNoteHalfNoteHalfNoteOff

Lightboxr étant globalement une très bonne appli, comme en atteste la note que nous lui avons accordée, et que nous en avons déjà présenté en détail les fonctions lors de la preview et la news de sortie, nous allons ici nous attacher à faire le tour des différents outils en pointant leurs avantages par rapport à la concurrence et les éventuelles lacunes dont ils peuvent souffrir.

Lightboxr

Comme Plastic Bullet ou Jazz, Lightboxr affiche quatre pistes initiales

Avant toute chose, il convient de prendre une photo ou d’en charger une depuis l’iPhone. On s’étonne à cette occasion du choix fait par graf de présenter par défaut l’ensemble de photos en commençant par les flux partagés et le Flux… Il faudra toucher la flèche sous « Camera Roll » en haut de l’écran pour accéder aux albums de façon plus classique et naturelle. S’affichent alors quatre vignettes à l’écran. On trouve en dessous 4 boutons permettant, de gauche à droite : de choisir l’affiche 1 ou 4 images, d’accéder à l’appareil photo, à la photothèque et aux favoris (que nous aborderons ultérieurement). Et en touchant chaque vignette, on pourra accéder à trois autres fonctions : Shuffle (qui relance un nouvel ensemble de paramètres), Edit et Save.

Lightboxr

Les outils Style : effet, fuite de lumière, texture et bordure

Lorsque l’on entre en mode édition, pour modifier les effets appliqués, le premier écran d’outils s’affiche, celui des styles. Le bandeau inférieur permet ainsi de choisir l’un des 45 filtres proposés, l’une des 17 fuites de lumières, l’un des 15 calques de bruit ou l’une des 14 bordures (toutes inspirées de la photo analogique). Les trois premiers outils sont accompagnés d’un curseur permettant d’en régler l’intensité, ce qui permet d’obtenir une grande variété d’effets, d’autant plus que, à l’image de PictureShow, appuyer à nouveau sur une fuite ou un grain génère une petite variation (forme ou rotation). Les résultats obtenus offrent une belle variation, entre noir et blanc, traitement croisé, filtres colorés, lomo ou Pola, et diverses touches « grunge » du meilleur effet. Dommage qu’il n’y ait pas de bordure style Polaroid, très courue en iphoneographie.

Lightboxr

Autant les modes du Tilt Shift sont clairs, autant le HDR et l’accentuation laissent perplexe

On entre ensuite (en touchant la petite flèche à droite du bandeau) dans l’écran des effets. On trouve ici l’outil HDR (deux modes), Tilt Shift (radial ou linéaire), l’accentuation (deux modes) et la vignette. Les outils HDR et accentuation disposent donc de deux modes, représentés par deux icônes, un cercle ou un carré, qui, si elles sont parlantes pour l’outil Tilt Shift, le sont beaucoup moins ici. En pratique, on remarque que le cercle donne un effet moins marqué : en HDR, le cercle applique un effet de tone mapping assez naturel, quand le carré rappelle les résultats de Dramatic HDR de JixiPix. Il en va de même avec l’accentuation, bien que le carré soit moins excessif. Bref, un peu d’entrainement sera nécessaire pour bien saisir les possibilités des deux modes.

Lightboxr

Le jeu sur les dominantes rouge, verte et bleue est précis

L’écran « Couleur » est plus classique, avec ses outils luminosité (qui n’est pas une correction d’exposition, mais l’ajout d’un voile « Fade »), le contraste, la saturation et les teintes rouge, verte et bleue. On apprécie la douceur de traitement ici, notamment en ce qui concerne les teintes : on ne supprimera pas l’ensemble d’un canal par mégarde, l’idée étant d’apporter une petite variation subtile du meilleur effet.

Lightboxr

La correction des zones sombres est plutôt efficace

Vient alors « l’écran d’amélioration », soit Enhance, qui permet de corriger les zones sombres et claires, l’exposition et la vibrance. Ces outils s’avèrent réellement efficaces, avec les limites de l’iPhone : on n’est pas en mode RAW, et l’on ne retrouvera pas par miracle des zones surexposées ou sous-exposées, mais on corrigera localement le contraste, pour rattraper une exposition qui n’était pas optimale. Tout comme les teintes, la correction d’exposition est assez douce et naturelle. Enfin, la vibrance préserve très bien les couleurs chair, ce qui permet d’accentuer le contraste sans que les visages deviennent rougeauds.

Lightboxr

Le texte, un petit plus qui manque d’options

Nous passerons plus rapidement sur les outils texte, qui disposent de 45 polices de caractère bien choisies (même si l’on regrette l’absence de police manuscrite), la couleur (via une palette linéaire qui n’est pas des plus pratique), la transparence et l’alignement. Cet outil n’est pas le meilleur que l’on ait vu, et il vaudra mieux se tourner vers une appli dédiée, comme Phonto, Over ou encore Path-on.

Lightboxr

Les classiques outils de recadrage et rotation

Pour finir, on trouve les outils de transformation : recadrage (libre ou selon des formats  carré, 3:4, 4:6, 9:16) et rotation/symétrie. On déplore ici l’absence d’outil de redressement, qui fait tout de même partie de la palette de base de nos jours. Ce n’est qu’un petit oubli, mais que l’on aimerait voir comblé dans une prochaine mise à jour, au même titre que des petits « bugs » mineurs comme le fait que le nom des outils ne s’affiche pas toujours… Ce ne sont que des détails, mais cela compte au final.

Lightboxr

La gestion des favoris est un atout indéniable de Lightboxr

Une fois satisfait du résultat, il ne reste plus qu’à valider pour revenir à l’écran principal où l’on pourra remarquer que les transformations (recadrage, rotation, symétrie) ne s’appliquent qu’à l’image précédemment traitée, et pas aux autres vignettes. On pourra enregistrer l’image en pleine résolution et même utiliser l’icône en forme de cœur pour mémoriser l’ensemble des réglages sous forme de preset à appliquer à une autre photo, ce qui est toujours pratique.

En quelques mots : version poussée de PictureShow, permettant notamment de régler tous les paramètres de façon fine, Lightboxr est une suite complète et accessible.

UpOn apprécie DownOn regrette
  • Le nombre et la qualité des filtres
  • La précision des réglages
  • L’ergonomie générale
  • Le prix
  • Pas de zoom en mode d’édition
  • Pas de fonction de redressement
  • De petits bugs agaçants

Configuration : iPhone, iPod Touch ou iPad sous iOS 6.1 ou supérieur.

Lien sur l'App Store : ()