LongExpoLes applis simulant un long temps d’exposition pourraient bien avoir trouvé leur maitresse avec LongExpo, tant son interface et les fonctions inédites qu’elle propose permettent d’obtenir un résultat net et réaliste, avec une résolution proprement étonnante.

NoteHalfNoteHalfNoteHalfNoteHalfNoteHalf

Jusqu’à présent, les meilleures applis du genre, Slow Shutter Cam en tête, proposaient de produire des photos en pleine résolution, avec la possibilité de choisir le type de photo (flou ou light painting), en jouant sur le contrôle a posteriori de la « durée du flou ». Mais LongExpo va plus loin, avec une gestion étonnante de ces paramètres.

LongExpo

LongExpo propose trois modes de capture

L’appareil photo de LongExpo offre la fonction Touch to Focus et permet de choisir trois modes de prise de vue : Standard (flou de mouvement), Low Light (photo nocturne) et Light Trail (peinture lumineuse). « Load Proj » permet, comme nous le verrons plus tard, de charger un projet précédent. Une fois le mode choisi, on accède à l’aide du bouton en forme de diaphragme aux options : durée de prise de vue (1/4, 1/2, 1, 2, 4, 8, 16 secondes ou B, soit manuel), augmentation de l’exposition et sensibilité en mode Low Light (uniquement sous iOS 5.0), et sensibilité de la source lumineuse et sensibilité générale en mode Light Trail. En bas à droite se trouve l’accès aux options de l’appli (affichage des astuces, choix de la résolution, activation du son, géolocalisation, affichage des informations et de la prévisualisation en temps réel, accès à l’aide intégrée). On découvre là la première surprise de taille : l’appli travaille en natif à une résolution étonnante de 5760×4320 pixels, soit bien plus que ce dont est capable l’appareil de l’iPhone. L’addition de clichés successifs permet en effet d’extrapoler ces données, à l’image de ce que peuvent proposer des applis dédiées comme Cortex Camera, en ne réduisant pas spécialement le bruit ici, mais en augmentant la résolution finale. A noter que, comme cette dernière, l’utilisation de la vidéo pour capturer l’image recadre légèrement l’image… En revanche, les fichiers ne contiennent pas de données exif ni de géolocalisation en dépit de l’activation de cette dernière.

LongExpo

Les paramètres de flou sont assez précis

Une fois la photo prise (ou plutôt la séquence vidéo capturée), on accède au menu « Motion », qui permet de jouer a posteriori avec certains réglages pour affiner le résultat obtenu. On trouve ainsi – en mode Standard et Low Light – trois curseurs : Time Span, Gradient et Freeze. Le premier permet de modifier l’étendu du flou (la durée de la séquence vidéo, comme le « trimming » des applis de montage), et le second modifie la trainée du flou. Pour sa part, Freeze permet de déplacer le focus sur une image, entre la première et la dernière, ce qui réduira l’intensité du flou : placé à gauche, le curseur n’affiche que la première image, et à droite, que la dernière. Avec ces trois paramètres, on peut donc modifier de façon assez fine le rendu final. Les boutons B/C et Color donnent respectivement accès aux curseurs luminosité/contraste et saturation. Vient alors le moment de découvrir la dernière partie de LongExpo, en touchant Next.

LongExpo

L’ajout du masque permet de se passer de trépied

Ce bouton permet en effet d’enregistrer la photo ou d’ouvrir le « Magic Sharpener », fonction bien vue qui permet de se passer d’un trépied pour ses photos à longue exposition. L’idée, simple mais très bien pensée, consiste à dessiner un masque pour délimiter l’objet en mouvement et l’arrière-plan fixe, ou l’inverse lorsque l’on fait un filé : l’arrière-plan sera flou et le sujet net. LongExpo permet de choisir la taille et la progressivité du bord du pinceau, et d’afficher le résultat final ou le masque.

LongExpo

La correction chromique sélective permet d’obtenir des effets intéressants

On peut également accéder à des fonctions de corrections chromiques sélectives : trois boutons permettent de modifier la luminosité, le contraste et la saturation de l’ensemble de l’image, de la zone nette et de la zone floue. De quoi créer un effet « color splash » en plus du flou de bouger. Dommage qu’à ce stade, la gestion des curseurs soit assez laborieuse, le moindre mouvement se traduisant par une modification importante des couleurs, ce qui  nécessite un certain doigté…

On pourra également enregistrer l’image à ce point dans la liste des projets pour y revenir plus tard et corriger le masque crée. La photo pourra être enregistrée, comme nous l’avons dit, à la résolution étonnante de 5760×4320 pixels, voire être partagée par e-mail, sur Facebook ou Instagram.

En quelques mots : simple, puissante et bénéficiant d’une résolution impressionnante 25 Mpx, LongExpo a tout pour surprendre agréablement.

Up On apprécie Down On regrette
  • L’interface ergonomique
  • Les réglages nombreux et efficaces
  • Le masquage des zones nettes/floues
  • La résolution incroyable de 25 Mpx
  • La gestion des projets
  • Des curseurs parfois trop sensibles
  • Pas de données exif ni de géolocalisation

Configuration : iPhone 3GS, iPod Touch 4, iPad sous iOS 4.0 ou supérieur.

Lien sur l'App Store : LongExpo Pro - Tripod-free long exposure and slow shutter camera (0.99EUR)