MatteboxBen Syverson, développeur américain, est parti du constat que les applis photo dont il disposait ne lui donnaient pas entièrement satisfaction pour créer un logiciel capable de retrouver la sensation de manipuler un DSLR. C’était une vraie gageure, en grande partie relevée avec Mattebox.

Mattebox

La partie appareil photo indique des données comme aucune autre !

Mattebox est pour le moins originale, avec une interface à nulle autre pareil. L’écran, qui occupe la majeure partie gauche de l’écran dispose de nombreux indicateurs : en haut à droite, on trouve la distance focale et en bas au centre la vitesse d’obturation. Le bandeau de droite regroupe l’intéressant bouton déclencheur, l’information quant à la valeur d’ISO utilisée, le verrouillage de la balance des blancs et l’accès aux filtres.

On découvre alors la principale nouveauté proposée par Mattebox, en dehors des affichages complets de données techniques : le bouton déclencheur imitant celui d’un DSLR. Lorsque l’on touche ce bouton, l’appareil fait le point et verrouille la mise au point. Pour prendre la photo, il faut alors faire glisser son doigt vers le bas. L’impression est agréable, même si cela nécessite un peu d’entrainement. Cependant, on s’aperçoit assez vite de quelques manques, à commencer par l’absence de la fonction Touch to focus. Ici, on reste en mode autofocus quoi qu’il arrive. De même, il n’y a ni zoom (ce qui n’est pas très grave) ni flash (ce qui est plus ennuyeux).

On obtient en quelques instants des résultats très variés et finement réglés

Mattebox0

Les outils de retouche sont précis et efficaces

Le deuxième point fort de Mattebox réside dans sa partie filtres. On trouve en effet ici six outils très efficaces pour retoucher ses photos : balance des blancs, exposition, saturation, gamma, vignette et recadrage. On obtient en quelques instants des résultats très variés et finement réglés, et le noir et blanc est notamment très bien géré, puisque la balance des blancs permet de simuler l’application de filtres de différentes couleurs.

Là encore (malgré l’absence bien ennuyeuse de tutoriel), on finit par comprendre que les cinq premières fonctions sont accessibles via des mouvements spécifiques : un doigt avec rotation pour la balance des blancs, deux doigts en déplacement vertical pour l’exposition et horizontal pour la saturation, trois doigts verticaux pour le gamma et horizontaux pour la vignette. On se rend cependant rapidement compte que ce type de manipulation convient mieux au grand écran d’un iPad qu’à celui d’un iPhone, et on leur préfèrera les curseurs, bien plus précis.

Mattebox0

L’appli propose 8 presets auxquels viendront s’ajouter les vôtres

Si l’on est satisfait de ses réglages, on peut les enregistrer dans ses favoris, l’appli en proposant huit par défaut, que l’on pourra bien évidemment modifier librement à l’aide des outils intégrés. L’enregistrement s’effectue assez rapidement (en conservant les données EXIF d’origine ainsi que la géolocalisation le cas échéant), et l’on peut traiter immédiatement la dernière photo prise avec l’appareil ou charger tout cliché de l’un des albums de l’iPhone. On est donc globalement satisfait de l’appli qui propose une approche originale, ce qui est bien rare sur l’App Store, il faut bien le dire.

En quelques mots : proposant une interface originale et très complète ainsi que des filtres personnalisables, Mattebox ne souffre que de l’absence du flash et du zoom, ainsi que de la fonction Touch to focus.

+ On apprécie – On regrette
  • L’ergonomie originale et efficace
  • L’affichage de données techniques
  • Les outils très performants
  • Les filtres personnalisables
  • Pas d’affichage des données avant la prise de vue
  • Pas de zoom ni de flash
  • Pas de fonction touch to focus
  • Prix élevé

Configuration : iPhone, iPod Touch, iPad sous iOS 4.3 ou supérieur

Lien sur l'App Store : ()