PhotoVivaQuelle d’autre d’appli que PhotoViva, alliant de façon inédite des outils de retouche et des fonctions de peinture, et permettant de ce fait d’obtenir des effets réellement intéressants et originaux. Une découverte et un coup de cœur, qui pâtit cependant d’une résolution pour l’heure trop faible.

NoteHalfNoteHalfNoteHalfNoteHalfNoteOff


Au lancement, PhotoViva nous permet de voir le type d’effets qu’il est possible d’obtenir en choisissant l’option « Inspiration », galerie de 7 photos qu’il est possible de retoucher avec un exemple pour faire ses premiers pas, ce qui est une bonne idée qui, cependant, ne compense pas totalement l’absence d’aide en ligne qui aurait été bienvenue vue l’originalité de l’interface.

PhotoViva

Une quinzaine d’outils permettent de retoucher l’image avant de la peindre

Pour commencer, PhotoViva donne accès à 15 effets, filtres et outils : recadrage (sans recours à un rapport fixe, hélas), pseudo HDR (très efficace et modéré, une rareté), balance des couleurs RVB, zones sombres, zones moyennes, luminosité, saturation, accentuation (là encore, très modéré et bien réglé), teinte, ajout de bruit, température (moins convaincant), Ghost Edge (qui dessine les contours et s’avère intéressant associé à un effet de peinture) et trois fonctions liées à la peinture : auto paint, et les intrigantes Blend Undo et Blend Away que nous allons aborder de ce pas.

On dispose de tous les outils pour peindre sur sa photo
de façon grossière ou très fine avec 20 modèles de brosse

PhotoViva

Les 20 brosses sont intégralement paramétrables

Avant de commencer à peindre, il faut comprendre la philosophie de l’appli. Tout d’abord, il faut choisir une brosse : on trouve 20 modèles, dont on peut bien évidemment définir la taille, mais également l’angle. Certaines brosses portent la mention « Clone », mais on peut choisir leur fonction à l’aide du bouton « Paint/Clone ». Paint ajoute de la peinture sur l’image quand Clone en retire et l’on comprend que cette dernière est l’équivalent d’une gomme. Déroutant de prime abord, cet étiquetage des fonctions est cependant facile à comprendre. Le bouton « Set/Follow » indique à l’appli si l’angle de la brosse doit être fixe ou suivre le mouvement du doigt. Dernière option : le menu du bas permet de choisir entre « Color » (affichant une roue chromatique où choisir la couleur à appliquer) et « Image ». Ce dernier choix, le plus intéressant pour les effets photo, permet de dessiner en prenant automatiquement la couleur de la photo. On dispose ainsi de tous les outils pour peindre sur sa photo de façon grossière ou très fine.

PhotoViva conserve la photo d’origine
sous le calque de peinture

PhotoViva

Le mode de peinture automatique donne de bons résultats

Le plus simple peut consister à lancer l’outil « Auto Paint », en choisissant une brosse (et en activant l’option « Follow » si l’on veut obtenir un résultat aux mouvements de brosse aléatoires) et en laissant l’appli peindre toute seule. Quand on estime le résultat satisfaisant, on n’a qu’à appuyer sur OK. Le résultat, plus ou moins fin selon les réglages peut également servir à créer une base de couleurs à touches très larges, avant de procéder à des retouches plus fines. Car la force de PhotoViva est de conserver la photo d’origine sous le calque de peinture : on peut ainsi peindre plusieurs fois de façon de plus en plus fine, sans perdre aucun détail !

PhotoViva

Le zoom ferait mieux d’adopter les gestes à deux doigts

En utilisant le zoom et différentes tailles de brosses, tout en activant l’option « Image », on peut donc peindre très finement les zones les plus détaillées et importantes (un visage, par exemple), mais on peut également ajouter ses propres touches de couleurs à l’aide de la roue chromatique ! On aurait là encore préféré, plutôt que le recours à la touche « Zoom », bien peu pratique, que l’appli adopte la solution la plus courante des mouvements à deux doigts pour zoomer, dézoomer et déplacer l’image.

PhotoViva

La fonction Ghost Edge permet de faire réapparaître les contours de l’image

Vient alors l’outil Ghost Edge dont on comprend l’utilité lorsque l’on a peinturluré un visage : en affichant, de façon plus ou moins importante, les contours de l’image d’origine, on retrouve un peu des détails perdus. L’effet est un peu artificiel et ne conviendra pas à tous les clichés…

« Blend Undo » est une sorte d’annulation en fondu enchaîné inédite,
mais par ailleurs assez difficile à mettre en œuvre

PhotoViva

Blend Away et Blend Undo donnent des résultats originaux

Les deux outils « Blend Undo » et « Blend Away » se dévoilent ensuite, mais ne sont pas d’une simplicité absolue. « Blend Undo », pour commencer, permet de définir la transparence des dernières opérations effectuées (les dernières touches qui seraient annulées en utilisant l’option « Undo ») par rapport au fond. On a ainsi une sorte d’annulation en fondu enchaîné inédite, mais par ailleurs assez difficile à mettre en œuvre, car il ne faut pas relever le doigt avant d’utiliser « Blend Undo ». On aurait préféré que cette fonction concerne l’ensemble des touches effectuées avec une même brosse, ou qu’il soit possible de définir le nombre de pas d’annulation à intégrer à la fonction. En l’état, ce n’est donc pas d’une simplicité évangélique à mettre en œuvre. Blend Away, pour sa part, prend en compte l’ensemble de la peinture et y intègre les contours très contrastés de l’image d’origine.

PhotoViva

Un exemple de ce que l’on peut obtenir avec l’appli

L’appli fait donc son effet, mais on reste un peu sur sa faim une fois l’image enregistrée puisqu’il faudra – pour l’heure – se contenter d’une résolution un peu limitée de 896×1200 pixels.

En quelques mots : appli vraiment originale à plus d’un titre, PhotoViva souffre d’une prise en main délicate, mais surtout d’une résolution un peu trop faible (points corrigés dans la version 2.0).

Mise à jour du 18/08/2012 : La version 2.0 offre une interface plus ergonomique et rapide, et la résolution passe à 2048 pixels.

Lien sur l'App Store : PhotoViva (1.99EUR)