PopAGraphTrès belle appli d’effet splash et de décoration, PopAGraph des créateurs de PicPlayPost permet de donner du style à ses photos, dans un style idéal pour la création de cartes postales. Mais si l’outil est efficace, son modèle freemium abuse des achats intégrés au point de frôler l’abus…

NoteHalfNoteHalfNoteHalfNoteHalfNoteOff

En effet, si nombre d’applis gratuites intègrent des IAP pour débloquer la version complète (à l’image de Video in Video, du même éditeur), PopAGraph en intègre pour sa part deux différents : l’un permet de déverrouiller les 16 effets appliqués à la photo (1,79€), l’autre les effets appliqués aux bordures (0,89€), pour un total de 2,68€, ce qui est un peu élevé pour ce type d’appli…

PopAGraph

L’interface de PopAGraph est un modèle du genre

Ce qu’on ne peut pas retirer à PopAGraph est qu’elle dispose d’une interface d’une très grande élégance et d’une ergonomie parfaitement étudiée. A l’ouverture d’une photo, l’appli nous laisse le choix du cadrage : original ou carré. Par la suite, on accèdera aux différentes étapes d’édition en tirant un petit onglet vers la gauche afin de faire apparaître un bandeau de menu vertical. On naviguera ainsi très naturellement et il sera possible de revenir à une étape précédente pour effectuer d’éventuelles corrections.

PopAGraph

L’outil de détourage est l’un des meilleurs du genre

Le cœur de PopAGraph se trouve dans le menu « Mask » : c’est là que l’on va délimiter le sujet de sa photo qui sera mis en avant par les différents filtres proposés par l’appli. Pour cela, il faut dans un premier temps dessiner une zone, à l’aide d’un outil se comportant à la fois comme un pinceau et comme un lasso : si l’on dessine une boucle, l’appli remplira la zone centrale automatiquement, mais on pourra également ajouter de petites zones par touches successives. L’outil s’avère de ce point de vue parfait, répondant très rapidement, y compris pour le zoom par pincement. En tirant vers la droite le bouton en forme de goutte en bas de l’écran, on fait apparaître le menu d’option du pinceau : on pourra changer sa taille en faisant glisser son doigt, mais aussi choisir une couleur tranchant avec les teintes de la photo (six choix, RVB ou CMJ) ainsi qu’une forme, circulaire ou carrée. On n’a jamais fait mieux.

L’autre point fort de PopAGraph concerne son outil « Lift » : en touchant ce bouton, on lance une détection des contours qui fait partie des meilleures vues sur iPhone ! Après l’extraction du chemin optimisé, les retouches sont généralement minimes et l’on gagne un temps fou. Cliquez sur l’image ci-dessus pour l’agrandir et voir ce que permet d’obtenir l’appli : alors que le détourage est approximatif, PopAGraph parvient à suivre précisément les contours, ajoutant la matière nécessaire. Elle fait même un « trou » pour intégrer la jambe et l’ombre, sans ajouter pour autant le fond blanc. Ne reste plus qu’à corriger l’absence de la basket (blanche et donc considérée comme faisant partie du fond). Un quasi sans faute !

PopAGraph

15 filtres sont proposés et permettent de nombreuses associations

L’étape suivante consiste à choisir deux filtres parmi les 15 proposés (plus le filtre « neutre ») : un pour l’arrière-plan, et un autre pour la zone détourée (« popped »). Ces filtres sont variés et réussis et permettent de jolies associations par opposition (vintage/amatorka, grayscale/vivid, blur/sharpen, picasso/toon ou encore dot/contrast). On regrette cependant qu’il soit impossible de paramétrer ces effets, ce qui aurait permis de mieux doser les effets de flou, pixellisation, postérisation, traitement croisé…

PopAGraph

La gestion des « bordures » est exemplaire

La dernière opération proposée par PopAGraph n’est pas la moins intéressante, puisqu’elle concerne la bordure de la photo, mais prise au sens large. En effet, s’il est possible d’ajouter un cadre simple à sa photo, en réglant son épaisseur, l’arrondi intérieur et la couleur (à partir de couleurs proposées ou d’une roue chromatique complète), l’appli permet d’aller beaucoup loin. On peut ainsi ajouter jusqu’à 4 cadres à sa photo, qui seront si nécessaire reliés entre eux, chacun pouvant avoir une taille différente. La partie « adjust » permet de zoomer dans la photo et d’y appliquer une rotation si nécessaire.

Lors de l’enregistrement (« Share »), on pourra de plus ajouter un effet d’ombre portée sur le sujet ou sur le sujet et le cadre, pour un effet relief intéressant. On pourra enfin choisir la couleur de fond de la partie « hors du cadre », voire la rendre transparente puisque l’image est enregistrée au format PNG. Rappelons que par défaut, seules deux couleurs sont disponibles (noir ou blanc) ainsi que les ombres portées du sujet, pas celles de la bordure (il faut en passer par l’IAP de 89cts).

L’image est enregistrée dans une résolution hélas un peu juste, de 1281×1281 ou 960×1281 pour les photos au format 4:3, sans aucune donnée exif. Cela n’est sans doute pas trop gênant, vu que l’appli se destine clairement à la création de visuels pour carte postale et message électrique. Cela dit, on aurait aimé trouver, en plus des classiques partages en ligne (Instagram, Facebook, Twitter, e-mail, SMS), un envoi vers une carte postale réelle. Au moins aura-t-on le choix des armes dans ce domaine (voir notre dossier spécial).

En quelques mots : offrant un traitement original et efficace, PopAGraph pèche par excès gourmandise lorsqu’il s’agit de passer à la caisse.

Mise à jour du 10/05/2013 : La version 1.3 ajoute cinq nouveaux filtres, deux gratuits (Picasso et Elegance) et trois premiums (Neon, Monet, Mosaic) et ajoute un tutoriel vidéo.

Up On apprécie Down On regrette
  • L’outil de masquage exemplaire
  • Les filtres réussis
  • La bordure originale
  • Les IAP trop nombreux
  • Les filtres non paramétrables
  • Pas de données exif enregistrées
  • Résolution limitée à 1281px au maximum

 

Configuration : iPhone 3GS, iPod Touch 3, iPad sous iOS 6.0 ou supérieur.

Lien sur l'App Store : PopAGraph (gratuite)