ProCamera 7Développé par le créateur de l’excellent ProCamera, cet appareil photo version 7 entend profiter des avancées technologiques offertes par iOS 7, en s’appuyant sur cinq ans d’expérience dans le domaine de la photo sur iPhone.

NoteHalfNoteHalfNoteHalfNoteHalfNoteHalf

On peut être pro et ne pas noyer l’utilisateur sous une avalanche de boutons et d’options, et c’est l’approche adoptée par ProCamera 7, qui offre une interface solide et ergonomique, permettant de prendre des photos sans se perdre dans un paramétrage sans fin. Quant à l’interface, elle adopte comme il se doit le flat design voulu par Jony Ive.

ProCamera 7

ProCamera 7 propose une interface complète, mais claire

L’appareil ne surprend donc pas, même s’il offre des options facilement activables comme le verrouillage AE/AF, l’affichage de la grille et des données (vitesse, iso), l’horizon artificiel, la balance des blancs, le format de prise de vue (4:3, 3:2, 16:9, carré, 3:1, nombre d’or). On trouve dans ce menu l’accès au mode rafale, à l’antitremblement, au retardateur et au « plein écran » qui permet de prendre une photo en touchant n’importe quelle partie de l’écran. On accède également au menu Réglages, qui permet de personnaliser encore plus son appli en activant, par exemple, la Lightbox (qui permet de trier et traiter les photos avant de les exporter vers la Pellicule), le zoom et la stabilisation vidéo, le géomarquage, le copyright des photos, la qualité de compression jpeg, les iso jusqu’à 3200, et même le datage qui peut apparaître sur les photos. On passera sur les modes vidéos, très complets (avec zoom intégré, stabilisation et 120 fps sur iPhone 5S).

ProCamera 7

Le mode nuit (à droite) produit des images plus nettes que le mode 3200 iso (à gauche)

Le premier atout mis en avant par ProCamera est son mode nuit, plus efficace et moins bruité que celui de l’appareil par défaut. Dans la pratique, le mode 3200 iso donne le même résultat que celui de l’appareil par défaut, le passage en mode nuit (activé en utilisant les deux flèches de changement de mode, à gauche du déclencheur) produisant une photo plus… sombre. C’est que le choix de ProCamera consiste non pas à augmenter la luminosité de façon artificielle (à la différence de PureShot, par exemple), mais plutôt de réduire le bruit ambiant et améliorer la netteté sans altérer la luminosité. Le résultat est naturel et discret, même si certains préféreront la méthode du concurrent, qui modifie l’ambiance, mais retrouve des détails autrement invisibles… Cependant, le comparatif ci-dessus montre bien l’intérêt du mode nuit, qui rend la plaque de la rue lisible, ce qui n’est pas le cas avec le mode 3200 iso, au prix d’une exposition plus longue (jusqu’à 1 seconde). On peut bien sûr régler cette limite maximale dans les options.

ProCamera 7

La lightbox permet de trier et de traiter les photos avant l’enregistrement

L’autre point fort de ProCamera 7 est indubitablement sa Lightbox, équivalant à celle de Camera+, y compris l’importation de photos et les sélections multiples, qui permettent d’exporter en toute simplicité ses photos par lot vers AirDrop, un message, un mail, la pellicule ou Dropbox, et photo par photo vers Twitter, Facebook ou Instagram. À noter que cette dernière option permet d’ajouter des bandes blanches pour éviter un recadrage carré (que l’on peut cependant effectuer dans l’appli, si on le souhaite).

On peut bien entendu retoucher ses photos depuis ProCamera 7, avant de les exporter. Pour cela, on dispose de trois boites à outils, reprenant le principe du ProFX, ProLab et ProCut de la précédente version : les filtres d’effet classiques (mais très nombreux, puisqu’on en dénombre une cinquantaine, classés en 7 catégories), les corrections classiques (luminosité, contraste, etc.) et le recadrage (redressement, recadrage, symétries et rotations).

ProCamera 7

Les filtres se succèdent à la vitesse de l’éclair avec un effet de volet très réussi

Commençons par les filtres, qui sont toujours les fonctions les plus amusantes à appliquer. On découvre qu’il est possible de passer très rapidement d’un filtre au suivant en balayant l’écran horizontalement, ce qui affiche progressivement le nouveau filtre avec un effet de volet du meilleur effet. On peut également rechercher un filtre plus rapidement en faisant défiler les vignettes en bas de l’écran. On remarque qu’il existe deux packs de 14 filtres chacun, proposés à 89cts et permettant d’enrichir la bibliothèque, avec 14 filtres colorés inspirés de quartiers de San Francesco, ou 14 filtres noir et blanc très réussis et jouant de tous les paramètres du genre (luminosité, contraste, grain). Sans atteindre la richesse d’une appli dédiée, on obtient pour un prix modique une très large palette d’effets justes et bien équilibrés.

ProCamera 7

Les outils de correction sont au complet avec une interface ergonomique en prime

On retrouve dans les outils de corrections les fonctions attendues : luminosité, contraste, exposition, saturation, température de couleurs, vignette, augmentation (surexposition du centre, et sous-exposition des bords) et régler (accentuation). On s’étonne de la traduction des deux derniers outils, assez peu parlante, voire déroutante il faut bien l’admettre. Pour modifier le réglage, il suffit de déplacer son doigt sur l’écran, ce qui assure une grande progressivité et une précision parfaite. On apprécie la présence du petit bouton en haut de l’écran, qui permet de basculer sur l’original pour avoir une référence de travail. De même, pour annuler une modification, il suffit de toucher le nom de l’outil en bas de l’écran (les outils activés sont signalés par une petite apostrophe à droite de son nom). On regrette cependant l’absence d’un zoom, indispensable pour certaines opérations comme l’accentuation, notamment. Cependant, l’éditeur travaille actuellement sur ce point, on attendra donc la mise à jour avec impatience, pour parfaire une appli par ailleurs irréprochable.

En quelques mots : à la fois appareil photo et suite de retouche, ProCamera 7 s’impose comme une référence du genre, avec une stabilité à toute épreuve et un mode rafale impressionnant.

UpOn apprécie DownOn regrette
  • La robustesse et l’ergonomie
  • Le mode rafale
  • La rapidité générale
  • La qualité de la lightbox et des outils
  • L’absence de zoom pour la retouche

 

Configuration : iPhone 4, iPod Touch 5 ou iPad 2 sous iOS 7.0 ou supérieur.

Lien sur l'App Store : ProCamera + HDR (4.99EUR)