SloProNous avons eu l’occasion de nous frotter à l’effet de ralenti sur iPhone avec des applis convaincantes comme Easy Slomo FX et TimeFreeze, mais la version 2 de SloPro en fait la référence absolue sur l’App Store en termes de puissance et d’ergonomie. Tour d’horizon rapide… ou très lent, comme on le souhaite !

NoteHalfNoteHalfNoteHalfNoteHalfNoteHalf

Commençons par préciser que si SloPro est présentée comme étant gratuite, il ne s’agit que de la version d’essai. Pour enregistrer la vidéo dans la Pellicule et supprimer le watermark, il faudra passer à la version pro, facturée 2,99€.

Le caméscope de SloPro est très complet et ergonomique

Le caméscope de SloPro est très complet et ergonomique

Comme on le voit, SloPro intègre un caméscope intégrant l’ensemble des fonctions attendues dans ce type d’appli : activation de la torche, verrouillage de l’exposition et de la mise au point, et activation du ralenti par défaut.

Le bandeau de droite contient l’icône en forme de rouage qui permet de déterminer l’importance du ralenti par défaut : de 50% à 25% de la vitesse initiale. On trouve aussi une option « Sound FX », qui rajoute un effet sonore pour souligner l’entrée et la sortie d’une portion ralentie. En dessous se trouve le bouton d’enregistrement. Enfin, en bas, on voit l’accès à la galerie interne.

De plus, d’une double tape sur l’écran, on bascule en mode 16:9, correspondant au rendu final. Par défaut, l’image est recadrée pour occuper toute la hauteur de l’écran.

Enfin, l’appli utilise intelligemment les boutons de volume : le + permet de lancer/stopper l’enregistrement, le – d’activer ou désactiver le ralenti, pour créer des plages à différentes vitesses (et l’on peut bien entendu utiliser la commande du casque pour cela). Enfin, signalons que sur l’iPhone 4S, l’enregistrement s’effectue à 60 images par seconde, contre 30 sur les autres modèles.

La bibliothèque permet d'importer et d'éditer les séquences

La bibliothèque permet d’importer et d’éditer les séquences

La bibliothèque interne contient l’ensemble des vidéos capturées avec l’appli, ou chargées depuis la pellicule, et que l’on pourra traiter par la suite. En effet, SloPro permet d’enregistrer à la chaîne avant de les traiter. C’est un choix correspondant parfaitement à l’esprit de l’appli, que l’on image principalement utilisée pour capter une série de plans rapides. Et comme les réglages sont très fins, mieux vaut les effectuer ultérieurement au calme.

La bibliothèque permet d’afficher les vidéos contenues dans l’appli, mais aussi d’accéder aux vidéos de l’éditeur en ligne. L’icône d’exportation permet d’effacer ou d’enregistrer des séquences (traitées ou brutes, à 60 fps sur 4S), et de les partager sur Facebook, Youtube, par mail ou via iTunes.

le résultat « brut » est déjà très impressionnant !

Le rendu par défaut de SloPro est déjà très convaincant

Le rendu par défaut de SloPro est déjà très convaincant

Une fois sa séquence choisie, on peut la lire. Un double compteur en haut de l’écran affiche la durée de la vidéo initiale en blanc, et la durée obtenue avec l’insertion des ralentis ou accélérés appliqués aux différentes parties. Il est là encore possible de partager ou d’effacer la vidéo. C’est ici que l’on peut découvrir le résultat « brut », et il est déjà très impressionnant !

En haut se trouve le bouton Edit qui permet d’accéder au « moteur » de l’appli.

L'interface d'édition est claire, mais manque un peu d'ergonomie

L’interface d’édition est claire, mais manque un peu d’ergonomie

Lorsqu’on entre en mode d’édition, on accède donc au cœur de SloPro. En effet, l’appli permet de modifier la vitesse de lecture et cela sur différentes parties de la séquence. On trouve 3 ralentis (25, 40 et 50%) et 3 accélérés (1,3x, 2x et 4x) ainsi que deux « super ralentis » à 500 et 1000 fps, qui sont évidemment simulés. Sont symbolisées en rouge les parties ralenties, en bleue accélérées et en orange super ralenties. Les parties ayant bénéficié d’un traitement sont de plus soulignées.

L’interface permet donc de choisir cette vitesse de lecture, à l’aide du menu « Speed », mais aussi d’en définir l’étendue à l’aide de la barre d’édition en bas de l’écran. De gauche à droite, on trouve les boutons permettant de définir le début de la séquence, l’entrée dans une zone de vitesse modifiée, la sortie de la zone, et la fin de la séquence. Là encore, l’icône d’option permet d’activer l’effet sonore pour l’ensemble de la séquence. Le son, quant à lui, sera modifié en fonction de la vitesse de lecture : plus elle est rapide, plus le son est aigu, et vice versa.

Le super ralenti a un rendu cinématographique étonnant

Les 3 modes de rendu de SloPro rendent les vidéos plus fluides

Les 3 modes de rendu de SloPro rendent les vidéos plus fluides

A droite du menu Speed se trouve le menu Render. C’est ici que l’on peut activer une fonction de rendu vidéo permettant de fluidifier la partie accélérée ou ralentie. Elle est obligatoire si l’on choisit une accélération de 2x ou plus, et fortement recommandée pour un super ralenti.

On trouve trois types de rendu. Le plus efficace est « Optical Flow », qui tente de créer une interpolation entre les images ralenties, mais ne fonctionne que si la vidéo originale est de qualité : enregistrement très stable (trépied recommandé) et arrière-plan fixe si possible. On doit sinon se rabattre sur le « Frame Blending », qui crée les images intermédiaires en une sorte de fondu enchainé.

Pour les parties accélérées, ou si l’on n’est pas satisfait du mode précédent, on choisira le « Ghosting », qui produit un effet de rémanence pour adoucir l’animation. Selon leur qualité, ces traitements s’avèrent plus ou moins longs, de l’ordre d’une trentaine de secondes par seconde de vidéo.

On regrette, cependant, que l’ergonomie reste perfectible : l’absence « d’aimantation » rend difficile l’enchainement des séquences (il faut déplacer la barre de lecture du doigt, avec une précision approximative) et l’impossibilité d’annuler la dernière opération ne fait qu’accentuer ce défaut.

Après calcul, on s’aperçoit que le super ralenti a un rendu cinématographique étonnant, et que l’enchaînement des parties accélérées et ralenties peut être utilisé pour reproduire les effets à la mode popularisés par Guy Ritchie et Zack Snyder, notamment.

Vidéo produite à l'aide de SloPro

Cliquez pour voir une vidéo produite à l’aide de SloPro

En quelques mots : ergonomique et puissante, SloPro ravira les amateurs de vidéo de « l’extrême », malgré un prix un peu élevé.

Up On apprécie Down On regrette
  • L’interface très claire
  • Le ralenti extrême
  • Les effets
  • Le tournage en 60 fps sur iPhone 4S
  • L’absence d’annulation
  • Le prix élevé

Configuration : iPhone 3GS (4S pour l’enregistrement à 60 fps), iPod Touch 4, iPad 2 sous iOS 5.0 ou supérieur.

Lien sur l'App Store : SloPro - 1000fps Slow Motion Video (gratuite)

(c) icommephoto.com