SnapprImaginée par une équipe de graphistes et musiciens belges réunis au sein du studio Revolver, Snappr nous invite à prendre des photos avec un effet FishEye non seulement convaincant, mais surtout à l’aide d’un appareil à l’interface graphique très réussie et offrant des filtres de qualité.

Avant toute chose, précisons que l’appli, qui souffrait lors de son lancement d’une résolution un peu juste, allant de 400×400 px à 1200×1200 px selon les modèles, a été corrigée depuis et enregistre dorénavant les clichés à la résolution unique de 1200 pixels, une prochaine mise à jour augmentera encore ce chiffre.

Snappr

L'appareil photo bénéficie d'une très belle interface

Un fois l’appli lancée, on entre dans le vif du sujet avec l’affichage de l’appareil photo : la partie supérieure abrite le viseur, surmontant l’accès à la galerie interne, au choix des objectifs et à l’activation du flash (sur iPhone 4/4S). On est surpris par l’absence de bouton de déclenchement, et très souvent (au début, du moins), on se retrouve à changer d’objectif alors qu’on voulait prendre une photo. Pour capturer une image, il suffit en effet de toucher le viseur (qui n’offre donc pas de touch focus). Simple et efficace, certes, cette fonction « Big button » par défaut n’en demeure pas moins peu naturelle.

Les cinq filtres offrent une diversité de rendu très agréable et sans faute

Snappr

Exemples des 5 filtres proposés

En touchant l’objectif, donc, on ouvre l’accès aux différents modèles : pour l’heure, on en trouve 5. Sunkit, qui applique un filtre jaune solaire, Orca Liber, un effet noir et blanc à fort contraste, 4 Skin, un filtre rose, Bulgaria ’75 une désaturation et Nemo un bleu contrasté. Cela s’accompagne également de différentes bordures et textures. Sunkit se pare ainsi d’une bordure vintage et d’un effet de fuite de lumière, Orca Liber arbore vignetage prononcé et bordure noircie et abîmée, 4 Skin montre des taches blanches dans le viseur associées à un fuite de lumière et une bordure noire usée, Bulgaria ’75 associe effet de craquelure et bordure claire tachée et pour finir Nemo s’avère plus sobre avec une simple bordure claire. Les cinq filtres offrent une diversité de rendu très agréable et sans faute.

Snappr

La galerie permet de gérer et partager ses clichés

La galerie interne donne accès à deux menus différents : le premier est un simple diaporama (on sélectionne la photo à afficher en grand à l’aide du ruban en bas de l’écran, et l’on regrette que les développeurs ne proposent pas la possibilité de naviguer en faisant défiler la grande photo, à l’image de ce que l’on trouve sur l’appli Photo, un choix une fois encore assez peu naturel). En tapant l’icône de partage en haut à droite (auparavant étiquetée « Edit »), on ouvre un second écran qui autorise l’envoi par e-mail ou sur Facebook, Twitter et Tumblr, ou encore l’enregistrement/effacement par lot dans la Pellicule.

En quelques mots : cet appareil photo FishEye se distingue nettement par une interface originale et des filtres très réussis.

+ On apprécie – On regrette
  • L’effet FishEye bien reproduit
  • Les filtres intéressants
  • L’esthétique de l’interface
  • L’ergonomie déroutante
  • La résolution un peu juste
  • Pas de données EXIF ou de géolocalisation

Configuration : iPhone 3GS, iPod Touch 3, iPad sous iOS 4.0 ou supérieur

Lien sur l’App Store : Snappr (0,79€)

(c) icommephoto.com