SquaraAyant toujours été convaincus par les appareils photo de MissKiwi, formant la désormais célèbre gamme Classic, nous avons découvert avec plaisir Squara, petit appareil d’esprit analogique qui embarque plusieurs objectifs et permet de créer ses propres filtres. Prometteuse, l’appli souffre cependant de quelques défauts de jeunesse à corriger rapidement.

Squara est donc un appareil photo, proposant donc de prendre des photos sur le vif, mais, contrairement aux autres applis du genre, il propose de choisir a posteriori les effets à appliquer, choisissant de ce fait une « troisième » voie entre la simulation analogique et la retouche a posteriori.

Squara propose un appareil complet
équipé de six objectifs différents

Squara

L'appareil photo, complet, n'a pas à rougir de la concurrence

L’appareil photo s’affiche au lancement, avec une interface qui ne surprendra personne, s’avérant esthétique (on peut choisir trois modèles d’habillage) et ergonomique (mise au point d’une tape, exposition d’une double tape, autofocus d’une triple tape). Le bandeau supérieur permet de sélectionner les options classiques (choix de l’appareil avant ou arrière, verrouillage de la balance des blancs, mode silencieux et choix du flash (activé, désactivé ou automatique). Sous l’affichage de l’image, on trouve un second bandeau permettant de charger une image (avec une navigation compatible iOS 5, affichant donc le Flux et les dossiers personnels), un zoom et l’indication de l’état de l’appareil (vert lorsqu’il est prêt à prendre une photo, orange quand il traite la photo). Enfin, tout en bas, se trouve le bouton de déclenchement et, de part et d’autre, le choix de l’objectif et à droite, l’accès aux options. Concernant les objectifs, on en trouve 6 différents, que l’on peut choisir en les faisant défiler à l’écran à la façon classique (Single Lens, 2×2 Multi, 3 Sampler, 3×3 Multi, x2Exposure et PinHole). Si Single Lens n’applique pas d’effet, les Sampler, Mutli et double exposition prennent des photos en séquence, de façon automatique (sans que l’on puisse régler l’intervalle) et PinHole prend des photos à une résolution réduite (720 pixels de côté), sans doute pour simuler l’aspect lofi du sténopé… Plus étrange encore, le mode silencieux, activé par l’icône idoine, produit également des photos de 720 pixels ! Mieux vaut alors passer en mode vibreur pour éviter de produire des clichés de petite taille…

Squara

L'interface pour la retouche, ergonomique et conviviale

Une fois sa photo prise, on entre en mode d’édition, dans la seconde partie de l’appli. Là, on voit le cliché actuel au centre de l’écran, entouré de plusieurs séries d’icônes. A sa droite, les outils permettant de la retraiter : accès aux différents filtres (que nous verrons plus tard), rotation, symétrie d’axe vertical et Tilt shift. On s’étonne que le Tilt Shift n’autorise pas de réglages : 7 modèles sont proposés, un radial, 2 bilinéaires et 4 linéaires. On s’étonne d’une telle rigidité, quand même Instagram propose de jouer sur le Tilt Shift.

L’appli propose 17 effets variés, 5 ajustements,
12 bordures et 10 fuites de lumière

Squara

Les effets s'affichent sous forme de vignettes à la demande

L’accès aux filtres s’effectue donc en faisant glisser son doigt sur l’écran, pour passer d’un filtre au suivant, ou en utilisant l’icône en forme de dossier, pour afficher les prévisualisations. On trouve 4 types de « filtres » : les effets, les ajustements, les bordures et les fuites de lumière. On dispose ainsi de 17 effets (cross process, noir et blanc, demi-teintes, filtres colorés divers…), dont l’affichage sous forme de vignettes est un forcément un peu long. On peut également appliquer l’un des 5 ajustements proposés : Flashlight, Darken, FillLight, HDR et Invert. Si l’on ne peut pas modifier l’intensité de ces ajustements, on est en revanche soulagé de voir qu’ils sont bien équilibrés. Les 12 bordures sont généralement de bon goût et souvent d’inspiration « analogique » (perforations et bordures façon instamatic). Enfin, les 10 fuites de lumière sont également des réussites, mais nécessitent en revanche un temps de calcul assez important.

Squara

Squara permet d'enregistrer ses préréglages très facilement

Un autre point fort de l’appli concerne la gestion des presets : une fois que l’on a choisi ses réglages, on peut les enregistrer très simplement en leur donnant un nom. On pourra ainsi accéder à sa bibliothèque de filtres ultérieurement, pour les appliquer à ses autres photos.

L’appli est, pour finir, compatible avec l’échange vers Instagram et applis compatibles (rappelons-le : Magic Hour, Phonto, Cameramatic, Halftone ou encore Lo-Mob). La résolution, sur iPhone 4, est maximale (1936 pixels de côté). Simple, plutôt ludique, avec un esprit d’appli de retouche, Squara fait le lien entre deux mondes, celui des simulateurs d’appareils photo analogiques, comme Hipstamatic ou ClassicToy, et celui des applis d’effets, dans l’esprit de Lo-Mob.

En quelques mots : entre deux mondes, celui de la photo et celui de la retouche, toujours aussi esthétique, Squara perd en simplicité et en immédiateté ce qu’il gagne en puissance et en variété.

Lien sur l’App Store : Squara (1,59€)

(c) icommephoto.com