Super 8Première appli vidéo que nous testons sur ce site, dédié à la photographie, Super 8 mérite sa présence ici du fait du traitement vintage qui plait à tant d’entre nous. Se présentant comme une réplique d’appareil d’époque, à l’image d’Hipstamatic, Super 8 s’inscrit dans la nouvelle vague des simulateurs de caméras 8 mm. Une appli grand public qui donne de bons résultats ! Attention, depuis la mise à jour à la v2, Super 8 a été rebaptisée Camer8.

Super 8, comme son modèle, 8mm Vintage Camera et sa concurrente iSupr8 permet de filmer des séquences que l’on traitera ensuite pour leur donner une esthétique de pellicule 8mm retrouvée au fond d’un grenier. Impossible de traiter une vidéo a posteriori, mais, contrairement à la photographie, la capture d’une séquence complète est moins sujette à l’inspiration foudroyante du moment et nécessite une certaine mise en place qui justifie tout à fait ce choix.

Super 8

Une interface esthétique et simple à prendre en main

Quand on ouvre Super 8, apparaît (après le joli logo d’accueil) ce qui ressemble à une caméra, avec le viseur et la gâchette de déclenchement. On trouve sous le viseur un commutateur permettant de choisir la cadence du film, à 12 ou 18 images par seconde. Le bord inférieur gauche abrite le bouton « process » qui permettra de lancer le développement des séquences à proprement parler. Pour commencer, il suffit d’appuyer sur le bouton et de le maintenir enfoncé jusqu’à ce que l’on souhaite interrompre le tournage. Ce respect d’un certain réalisme pourra gêner certains utilisateurs, qui pourraient préférer un système plus conventionnel. Mais cela fait partie du jeu et c’est un choix,  une fois de plus, cohérent.

Super 8

Quand on lance l'enregistrement, le viseur occupe presque tout l'écran

L’appui sur ledit bouton provoque un zoom du viseur qui occupe alors la majeure partie de l’écran, comme si on avait approché son œil, ce qui s’avère à la fois réaliste et très pratique, car on n’est de ce fait pas limité à une vignette microscopique, forçant à viser au jugé. Le bouton de déclenchement reste visible, rappelant qu’il faut le « lâcher » pour arrêter l’enregistrement. On voit en temps réel les pertes de focus, certainement réelles, qui simulent celles qui font tout le charme du 8mm. En revanche, aucun filtre n’est appliqué à l’image à ce stade. On ne voit qu’une cible au centre de l’écran, aidant à composer ses plans. Une fois l’enregistrement de la séquence terminé, on peut soit en capturer une nouvelle, soit lancer le développement…

Super 8

C'est ici qu'on choisit le traitement et qu'on lance le développement des films

Pour cela, il faut appuyer sur le bouton « Process » qui nous amène au laboratoire. S’affichent au centre l’ensemble des séquences que l’on a tourné avec Super 8, les options de développement se trouvant en bas. A gauche se trouvent les 3 boutons de sélection du vieillissement (léger, moyen, fort), la température de l’image (froide ou chaude) et le bouton de lancement du calcul final. Il est possible de lancer le calcul d’une ou plusieurs séquences en même temps, ce qui est bien pratique et permet de laisser l’appli tourner sans s’en préoccuper.

Après avoir effectué ses choix (à moins que les réglages par défaut conviennent), on appuie donc sur Process et l’appli fait patienter l’utilisateur le temps que le film soit développé. Après plusieurs secondes d’attente (soit quelques-unes de plus que la durée de la séquence elle-même sur un simple 3GS), on est prévenu que la ou les séquences ont été enregistrées dans la pellicule. On ne pourra pas les voir depuis l’appli elle-même, il faudra pour cela se rendre dans la photothèque de l’iPhone.

Super 8

Les options se choisissent dans le menu Réglages de l'iPhone

L’iPhone renferme également, dans son menu « Réglages », une section dédiée à Super 8, qui permet de définir les réglages par défaut : framerate (12 ou 18 fps), température de l’image, intensité de l’effet, et affichage ou non de l’aide. Il est également possible d’ajouter une limite de durée d’enregistrement (20 ou 40 secondes ou aucune).

Le résultat est très réussi, même s’il manque un peu de variété à la longue, ne proposant pas d’agir réellement sur les couleurs ou les objectifs (au contraire de 8 mm Vintage Camera). En revanche, l’appli permet d’enregistrer à la résolution maximale. Avec un vieillissement minimal, le résultat reste très lisible et tout à fait agréable à regarder, sans tomber dans l’effet « super grunge » (réservé à l’effet maximal).

Les grandes forces de Super 8 sont donc sa grande simplicité, la rapidité de traitement de l’image et son prix très réduit. C’est un véritable jouet sur lequel on reviendra avec plaisir et qui remplit parfaitement son office de divertissement et de réplication d’une esthétique connue.

En quelques mots : simple à prendre en main, offrant une certaine variété de traitement et proposée à un prix minime, Super 8 est une petite appli que l’on peut s’offrir les yeux fermés.

Lien sur l’App Store : Camer8 (0,79€)

(c) icommephoto.com