ToonPAINTToonPAINT est depuis longtemps l’une des appli-phare de l’App Store dans la catégorie du dessin façon cartoon grâce à un algorithme de conversion des arêtes réellement impressionnant. Offrant de surcroit la possibilité de peindre librement ses photos ou de générer une mise en couleur automatique, ToonPAINT a tout pour séduire au-delà des simples amateurs de « faux dessins ».

Au lancement, ToonPAINT nous invite à charger une nouvelle photo à traiter, soit en la prenant à l’aide de l’appareil intégré, soit depuis l’un des albums, soit en reprenant une session précédente. Une fois le choix effectué, on arrive sur le premier écran, étape consistant à déterminer les lignes à dessiner.

ToonPAINT

L'encrage s'effectue rapidement, pour un résultat unique en son genre

L’écran « Lignes à l’encre » donne lui-même accès à plusieurs sous-menus regroupés dans le bandeau inférieur. Le sous-menu affiché par défaut est « Taille », qui influe sur les lignes dessinées à partir des zones d’ombre de la photo. On y trouve trois paramètres, « Cohérence » (qui permet de définir la forme des traits de crayon, plus ou moins rectilignes), « Largeur de bordure » (épaisseur du trait) et « Longueur de bordure ». Ces trois paramètres peuvent prendre 5 valeurs, de XS à XL. Le second sous-menu « Ombre », situé à la gauche du précédent, affiche en trois paramètres : Arêtes (le nombre de traits), Gris et Noir. Avec tous ces paramètres en main, on peut obtenir des résultats très variés et assez précis, dès lors que l’on maîtrise un minimum l’effet de chacun d’entre eux, sachant, par ailleurs, que les réglages par défaut fonctionnent plutôt bien.

ToonPAINT

La mise en couleur, efficace mais fastidieuse, donne de bons résultats...

L’étape suivante, à laquelle on accède d’un simple toucher du bouton situé en haut à droite, « Peindre ». Il s’agit ici, logiquement, d’ajouter de la couleur à son dessin. Pour cela, on dispose d’une nouvelle palette d’outils en bas : accès au défilement/zoom, choix de la taille du pinceau (ou de la gomme) et choix des couleurs. On aurait aimé un choix de navigation et zoom à l’aide de deux doigts, l’activation et désactivation de l’outil Panoramique/zoom n’étant pas totalement naturel ni le choix le plus rapide…

Qu’en est-il de la coloration ? Il faut admettre que l’outil est efficace, permettant de définir la taille du pinceau (là encore, dommage que l’on n’ait pas un aperçu sur l’écran sous forme de réticule rouge comme le font la plupart des applis de ce type) et donnant accès à l’annulation des opérations, étape par étape. On peut également effacer l’ensemble des couleurs d’une seule touche.

ToonPAINT

L'autocoloration "Volbeat" est intéressante mais trop marquée pour satisfaire durablement

Si l’étape de coloration peut sembler fastidieuse – ce qui est le cas –, on pourra choisir l’un des trois modes de coloration automatique. Le premier, le seul qui soit proposé par défaut, est baptisé Volbeat, du nom du groupe de rock danois, et qui applique une coloration à base de camaïeu vert de gris d’un goût discutable et quoi qu’il en soit trop répétitif pour convaincre sur la durée. On sent que cette option sert surtout à donner envie de passer aux deux autres modes de coloration, « Auto Color » et « Alpha Brush », facturé chacun 79 centimes.

ToonPAINT

A gauche, Auto Color, très graphique, à droite Alpha Color, plus proche de la photo

Qu’en est-il de l’efficacité de ces fonctions ? La première, « Auto Color » fait apparaître la couleur de la photo d’origine postérisée, de façon très rapide et efficace. Elle complète parfaitement le « crayonné » pour donner un réel effet graphique à l’image produite.

« Alpha Brush », pour sa part, fait apparaître la couleur de la photo d’origine, sans postéristion, en permettant de laisser certaines parties blanches, ce que n’autorise pas « Auto Color ». Le résultat est légèrement différent…

ToonPAINT

A gauche, le résultat obtenu avec Image Blender, à droite avec Iris Photo Suite (filtre posterize)

Si ToonPAINT fait des merveilles, elle ne donne donc tout son potentiel qu’en activant les options de coloration automatique. Cela dit, on pourra également avoir recours à des applis permettant de fusionner facilement des calques, à l’image de Image Blender, bien évidemment, mais aussi d’Iris Photo Suite. Le premier a l’avantage de la simplicité, la seconde celui des possibilités offertes. Si l’on possède Iris Photo Suite, l’achat intégré « Auto Color », s’avère redondant (et nettement moins flexible) tout en ayant, il faut l’admettre, le net avantage de la simplicité et de la rapidité…

Une fois le principe acquis, on peut varier les plaisirs et appliquer l’un des innombrables filtres disponibles parmi la pléthore d’applis, pour les souligner avec l’image résultante de ToonPAINT pour obtenir des photos vraiment intéressantes… On n’a pas fini de s’amuser !

En quelques mots : Offrant bien plus qu’un simple traitement graphique façon crayonné comme la plupart des applis concurrentes, ToonPAINT offre des possibilités créatives nombreuses, dépassant en ce sens Mobile Monet qui lui ressemble un peu. Dommage qu’il faille passer par un achat intégré pour activer les options d’autocoloration efficaces.

Mise à jour du 28 avril 2011 : La version 2.1 permet de zoomer plus naturellement avec deux doigts, et les options sont renommées.

Lien sur l’App Store : ToonPAINT (1,59€, 2 options à 0,79€ chacune)

(c) icommephoto.com