UC CameraUC Camera est un appareil photo appliquant en temps réel de nombreux effets et, de ce fait, a les inconvénients liés à ses qualités, dont la principale est une résolution assez faible en regard des autres applis du genre. Mais il serait dommage de passer à côté de UC Camera qui pourrait devenir une appli très intéressante si elle parvenait à contourner ce défaut.

Attention ! Ce test a été modifié après la mise à jour à la version 2.0 !

La note pourrait paraître dure, cependant elle ne juge pas seulement l’intérêt technique de l’appli, mais également son utilité pour les amateurs de photos qui veulent, quoi qu’on en dise, pouvoir imprimer leurs clichés. Or, avec une résolution purement VGA de 640×480 pixels, on ne peut guère dépasser les 8 x 6 cm avec une qualité acceptable. Et, même si la course aux mégapixels n’est plus à l’ordre du jour, peut-on accepter qu’un appareil capable de délivrer, sur l’iPhone 4, des clichés de 5 Mpx produise des résultats à 0,3 Mpx ? Evidemment, non.

D’ailleurs, le développeur Jae Uk Lee annonce, dans le mail qu’il m’a adressé, qu’il est conscient de quatre limites dont souffre son appareil : l’absence de données EXIF, l’interface déroutante, l’absence de traitement a posteriori et la résolution limitée, et s’en explique tout de go, alors que, franchement, je n’avais encore rien dit. Mais il s’est certainement dit qu’il vaut mieux prévenir que guérir.

En ce qui concerne les données EXIF, il déclare que les API d’Apple ne permettent pas de les modifier dans le Camera Roll pour des raisons de protection de la vie privée. Il me semblait pourtant que cette interdiction avait été levée avec le passage à l’iOS 4, comme l’a annoncé Hipstamatic pour ne citer qu’un exemple d’appareil photo sur iPhone…

Le fait que l’appli ne propose pas d’effectuer de post-traitement serait là encore dû à l’API qui  ne travaille qu’en mode RGB sur les photos de la pellicule, alors que le moteur utilisé, baptisé « Veritas Engine » s’applique aux images en mode YUV, correspondant mieux à la vision humaine. Et il se refuse de convertir le RVB en YUV car cela entrainerait une perte qualitative à laquelle il ne survivrait pas (sic) – c’est dire si ça lui tient à cœur. Ce à quoi d’aucuns rétorqueraient qu’il peut bien surmonter le fait de proposer des photos en 640×480. Et c’est effectivement un point important. Enfin, citant Henri Cartier Bresson, qu’il admire beaucoup, il rappelle que la photographie est « l’art du moment » et non pas « un truc qu’on qui servira de base à un travail ultérieur ». C’est effectivement un point qui se défend même si, là encore, on rétorquera que Hipstamatic a fait ce choix-là et n’en propose pas moins des clichés d’une taille suffisante à l’impression avec des résultats qui semblent convenir à un très grand nombre d’iphoneographes.

Enfin, il aborde le véritable (et en réalité principal, voire unique) point d’achoppement : la taille limitée de clichés. Devinez quoi : c’est l’API qui coince. Franchement, on se demande ce qu’ils font chez Apple, il faudrait peut-être qu’ils se réveillent sinon il sera franchement impossible de proposer une appli d’appareil photo digne de ce nom permettant d’obtenir des images de plus de 640×480 pixels. Pardon ? C’est déjà possible, dites-vous ? Au temps pour moi. Ou plutôt pour Jae Uk Lee. En fait, pour être juste, ce dernier explique que la prise d’une photo en haute résolution est bien possible (ouf ! Nous voilà rassurés), mais qu’elle nécessite un changement de mode qui se traduit par un « insupportable » (sic) délai avant le déclenchement voire, ce qui est encore pire à ses yeux (et on le comprend), des blocages occasionnels.

Cette bien longue introduction nous aura donc permis de comprendre qu’il est impossible de prendre une photo HD avec une appli utilisant des effets en temps réel, ce qui n’est pas une révélation fracassante, puisque l’on l’a vécu avec toutes les applis du genre (Camera Fun, LiveFX et viSparkler – Eyeffects). Mais la solution ne consisterait-elle pas plutôt à choisir un traitement a posteriori, tout simplement, en attendant que l’API d’Apple autorise ce qui semble aujourd’hui interdit ?

UC Camera

Une appli créée par un développeur sans doute trop exigeant

C’est malgré tout inquiet que l’on a lancé UC Camera, appareil visiblement développé par un amateur exigeant. Et le premier point qu’il convient d’aborder est celui de la prise en main, le développeur déclarant dans son très long préambule que si l’interface peut paraître étrange elle n’en demeure pas moins très ergonomique avec un peu d’entrainement. Et, pour le coup, il faut bien admettre que c’est absolument exact. Sur la droite (l’appli est prévue pour fonctionner en mode paysage) se trouve le bandeau de menu donnant accès à toutes les fonctions. Les réglages ne concernent pour le moment qu’une option : l’antitremblement. Reste à savoir comment elle fonctionne, car, activée ou non, la prise de vue est déclenchée sans délai, et lorsqu’on secoue l’appareil, la photo est inévitablement floue. Sans doute la traduction,  une fois de plus, de la hantise du délai entre l’appui sur le déclencheur et la sortie du petit oiseau. Il doit y avoir une explication psychanalytique qui m’échappe dans l’immédiat.

Viennent ensuite les choix de filtres, symbolisés par une palette : 17 effets sont ainsi présentés, allant du vintage au noir et blanc, en passant par les filtres de couleur, le vignetage et l’effet croquis dans ses différentes variations (emboss, noir et blanc, couleur…). Le passage d’un style à l’autre se fait en glissant simplement le doigt sur l’écran, ce qui est un choix judicieux et très pratique à l’usage. Cela dit, la révolution n’est pas réellement à l’ordre du jour, car, si l’on considère ClassicINSTA, on verra que le changement de cartouche, en bas de l’écran, correspond exactement à ce principe, l’application en temps réel en moins…

Et la prise de photo ? Qu’en est-il de la prise de vue sans aucun délai ? Honnêtement, entre le moment où l’on appuie sur le bouton et le moment où le « clic » se fait entendre, il s’écoule bien une bonne seconde. Cela dit, nous avons effectué cet essai, comme toujours, sur l’iPhone 3GS et la conversion en temps réel des données YUV mobilise, aux dires du développeur, la moitié des ressources du processeur. D’où, sans aller jusqu’à parler de délai (nous ne voudrions pas avoir la mort d’un développeur prometteur sur la conscience), un certain décalage temporel entre le moment où l’on appuie sur le déclencheur et celui où le zoziau fait clic.

UC Camera

Les filtres peuvent être modifiés et enregistrés dans ses favoris

Sous le fameux bouton de « déclenchement sans délai » se trouve l’icône donnant accès aux réglages fins des paramètres des effets. Chaque effet donne ainsi accès à ses paramètres (deux au maximum…) à travers des curseurs placés en bas et, le cas échéant, en haut de l’écran. On peut également modifier le centre du vignetage en touchant l’écran comme on effectue la mise au point.

Quand on choisit d’afficher les effets, le haut de l’écran s’habille également d’un bandeau donnant accès aux trois types disponibles : les presets, le mode advanced composé de 6 effets (aucun, vintage pour contraste accentué, vignetage noir, vignetage blanc, croquis et craie) auquel on peut appliquer l’un des six filtres de couleurs proposés (Gris, Sépia, Lust/rouge, Bleu de France – en français dans le texte, c’est dire – Aureolin/jaune et English Ao/vert). Enfin, « User defined » permet d’accéder à ses propres réglages. En effet, quand on affiche les curseurs de réglage de presets de l’appli, on peut enregistrer ses choix, à la façon de ce que propose FX Photo Studio.
Les photos obtenues avec UC Camera sont d’une réelle qualité, les effets sont plutôt réussis, même s’ils ne sont pas les plus originaux ni les mieux en œuvre de l’App Store, la concurrence étant réellement implacable dans ce domaine, mais il reste impossible d’oublier la résolution…

En quelques mots : UC Camera est née d’une évidente volonté de bien faire, mais, quel que soit la façon dont on considère le problème,  une résolution de 640×480 est hélas bien trop faible pour convaincre.

Lien sur l’App Store : UC Camera (1,59€)

(c) http://icommephoto.worpdress.com