ArtifyS’inscrivant en droite ligne d’une appli telle qu’ImageEffects, Artify s’annonce à la fois très prometteuse et peu teneuse. Potentiellement riche, elle n’en est encore qu’à ses débuts, et annonce déjà de futures mises à jour qui viendront l’enrichir. En l’état, elle n’est que la promesse d’une belle appli, qui ne séduira pas totalement pour le moment.

(note augmentée suite à la mise à jour du 16/03/2011)

L’interface principale d’Artify est d’une simplicité rappelant celle des applis d’effet « Color Splash », avec 6 boutons placés dans un bandeau inférieur. Ils permettent, respectivement, d’appliquer l’effet de peinture à l’ensemble du cliché, d’ouvrir ou de prendre une photo, de peindre au doigt (ou d’effacer), de partager ou enregistrer la photo, de régler les options et d’accéder à une aide interne (en anglais).

Artify

Une interface des plus classique

Après avoir choisi une photo dans l’un des dossiers de son iPhone, on appuie sur le bouton magique « Artify » et instantanément, la photo est convertie façon impressionniste et vraiment réussie, ce qui n’est pas toujours le cas de ce type d’application, il faut le reconnaître. On peut alors enregistrer l’image ainsi produite, si l’on est satisfait du résultat, ou relancer le calcul, aléatoire, pour obtenir une nouvelle version. Il est également possible de se rendre dans les réglages pour modifier les paramètres de l’appli.

Artify

Les réglages sont ergonomiques et promettent de nouveaux effets

Un appui sur l’icône de palette donne accès au menu de réglages avancés où il est possible de tout redéfinir. Notons tout d’abord l’option « Style », définie sur Impressionism, et qu’il n’est pour l’heure pas possible de modifier, bien qu’on nous promette l’arrivée prochaine de nouveaux styles.

On peut en revanche modifier l’intensité de l’effet, en faible, moyen et fort, ce qui se traduit ici (avec le seul réglage impressionniste disponible) en une quantité de points plus ou moins importante. En « Lo », on voit encore un peu l’image d’origine, totalement « peinte » sur « Hi ». On pourra regretter que cette intensité concerne uniquement la quantité de points, ce qui implique qu’en Lo on verra apparaître un peu d’image, et non pas leur taille, qui donnerait plus ou moins de précision au résultat final, libre ensuite à l’utilisateur de corriger cela à l’aide de l’outil peinture.

Le curseur « Color Intensity » permet de définir l’intensité de la saturation, sans obtenir d’image noir et blanc pour autant. Le curseur du dessous permet quant à lui de modifier la teinte, qui sera plus ou moins « décalée » comme ce que propose l’habituel réglage des applis de retouche (Hue).

On note enfin la taille de la brosse, qui concerne uniquement la peinture au doigt, dernière fonction offerte par l’appli, et qui mérite d’être revue…

Artify

Le dessin souffre d’une ergonomie à revoir en profondeur

En effet, ce mode de travail semble avoir été quelque peu bâclé, en ce sens que l’interface et l’ergonomie sont sacrifiées sur l’autel d’une soi-disant simplicité d’utilisation qui confine au simplisme, malheureusement. Nul doute que cette partie de l’appli sera prochainement revue, mais il faut admettre que, pour l’heure, elle fait mauvaise impression.

Ce type de fonction nécessite en effet un indispensable outil de zoom, absent ici, qui implique que l’on dessine un peu au jugé, sans pouvoir atteindre un degré de précision vraiment satisfaisant. Certes, l’effet de peinture impressionniste implique cette « approximation », mais pas à ce point-là… Autre outil dont l’absence est injustifiable : l’annulation/rétablissement. Si, en cours de peinture, le doigt vient par inadvertance toucher le bouton « Artify! », on est bon pour tout recommencer depuis le début ! Enfin, le changement de mode, peinture/effacement, s’effectue par un menu, alors qu’il aurait été plus ergonomique et efficace de changer de mode par simple toucher dudit bouton… Au bout du compte, Artify donne des résultats intéressants, l’image étant enregistré dans sa résolution d’origine et en une vingtaine de secondes.

En quelques mots : Offrant un effet de peinture plutôt réussi, Artify pêche par une ergonomie très perfectible de la fonction de peinture au doigt et l’absence (pour le moment) de différents effets. On attend donc une importante mise à jour avec impatience !

Mise à jour du 16/03/2011 : Les développeurs nous ont entendu, dotant la version 1.2 de nouvelles fonctions (zoom, annulation) et ont également tenu parole, en ajoutant deux nouveaux styles (« Salon de Paris » et « Great Masters »). De quoi améliorer la note, passant de 2,5 à 3,5.

Lien sur l’App Store : Artify (1,59€)

(c) icommephoto.com