WooCameraProposer aujourd’hui une nouvelle appli de filtres à tendance vintage est un pari osé, tant la concurrence est rude dans le domaine, PhotoToaster et Snapseed tenant largement le haut du pavé. Mais Wood Camera n’est pas dénuée d’atouts à faire valoir, à commencer par une interface très ergonomique.

NoteHalfNoteHalfNoteHalfNoteHalfNoteOff

Wood Camera

L’accueil fait office de table lumineuse

Wood Camera s’ouvre sur la bibliothèque des photos traitées avec l’appli : il est en effet toujours possible de revenir ultérieurement sur ses photos, les filtres et effets (y compris le recadrage) n’étant pas destructifs. Le bouton du haut permet de choisir deux tailles de vignettes pour les photos, et il est possible de sélectionner plusieurs photos pour les partager (ou les enregistrer) ou les effacer par lot. On peut enfin y importer des photos depuis la pellicule, les coller, ou utiliser l’appareil photo intégré.

Les photos sont enregistrées
sans perte de résolution
et avec leurs métadonnées

Wood Camera

L’appareil photo, simple, affiche les effets en temps réel

A propos de l’appareil, ce dernier, comme celui d’Instagram, permet de prévisualiser les filtres en temps réel et se contente, comme lui, d’offrir la fonction Touch to Focus, sans séparation de la mise au point et de l’exposition. C’est l’occasion de découvrir les 22 effets proposés, variations de saturation et de cross processing. L’icône en bas à droite de l’écran permet d’afficher ou masquer les vignettes indiquant la nature de chaque filtre. A noter que les photos s’accumulent dans la « table lumineuse », sans interruption, et que l’on y appliquera éventuellement des filtres ultérieurement. Cela dit, les photos seront enregistrées sans aucune perte de résolution et accompagnées de toutes les métadonnées (dont la géolocalisation, en option).

Wood Camera

L’accueil des éditions regroupe toutes les fonctions en bas de l’écran

Si l’on touche l’une des photos sur la table lumineuse, on accède à l’option d’enregistrement, de partage ou d’effacement, mais aussi d’édition. Dans ce dernier cas, on voit s’ouvrir le menu d’édition, composé d’une série d’icônes en bas, permettant d’activer et modifier les paramètres suivants : rotation/symétrie, recadrage, effet, texture, vignette/flou et bordures.

Wood Camera

Les filtres, variés, manquent un peu d’originalité et de personnalité

Passons rapidement sur les rotations par quart de tour et recadrage avec format prédéfinis variés (libre, nombre d’or, original, carré, 4/3, 4/6, 5/7, 8/10, 16/9), classiques, pour nous intéresser aux 22 filtres. En bas se trouve l’ensemble de l’offre, et l’on aurait apprécié que les vignettes reprennent le visuel de la photo traitée, ce qui est toujours plus parlant qu’une image par défaut (une jonque, en l’occurrence). En haut, un menu transparent permet d’accéder au curseur d’intensité du filtre, sur lequel il faut impérativement jouer tant l’application à 100%, par défaut, a tendance à boucher l’image. On pourra également accéder aux curseurs de réglage de la luminosité, du contraste, de la saturation et de la teinte. De quoi jouer finement sur l’aspect de l’image !

Le choix de textures est large

Wood Camera

Les textures sont un ajout bienvenu

Wood Camera permet également d’appliquer un effet de texture, à intensité variable, une fois de plus. Le choix est large, avec 17 modèles classés selon différents types (papier, grunge,  rayures, grain). Là encore, on peut jouer sur l’opacité de la texture, pour obtenir des résultats plus ou moins fins

Wood Camera

L’effet Tilt Shift est un peu « rigide »

Tout comme Instagram, Wood Camera permet de jouer sur l’effet Tilt-Shift, mais de façon moins souple, cependant. Ici, on peut jouer sur la forme et le centre de l’effet, mais pas sur son rayon, sa largeur ou son angle. La zone nette sera toujours la même… On pourra aussi accéder à un effet de vignette classique, de centre fixe et d’intensité modifiable (mais toujours sombre).

Wood Camera

Les bordures très photographiques sont plutôt réussies

Pour terminer, on trouve 12 bordures, plutôt variées et réussies. Pas de Polaroid au programme, mais des bords vintage et d’autres d’inspiration « à travers le viseur », et ladite bordure viendra mordre sur le cliché, comme c’est généralement le cas. Vient alors le moment du partage : Wood Camera permet d’envoyer ses photos dans la pellicule ou par mail, mais aussi sur les différents services de partage que sont Twitter, Facebook et Flickr. Le plus intéressant reste évidemment l’envoi vers une appli tierce, à commencer par Instagram, mais également les titres compatibles (Photo Studio, Lo-Mob, PhotoForge2, MagicHour, Photogene2, et d’autres).

En quelques mots : très simple d’utilisation et plutôt complète, Wood Camera s’adresse en priorité au grand public « exigeant », souhaitant retrouver une prise en main proche de celle d’Instagram tout en bénéficiant d’options avancées.


+ On apprécie

– On regrette
  • La prise en main
  • Les nombreux filtres à intensité variable
  • Les divers réglages
  • Les filtres non destructifs
  • L’enregistrement HD et les métadonnées
  • Pas d’aperçu dans les vignettes
  • Pas de modification en temps réel des paramètres
  • L’effet Tilt-shift un peu « rigide »

Configuration : iPhone 3GS, iPod Touch 4 ou iPad sous iOS 5.1 ou supérieur.

Lien sur l'App Store : ()