WordFotoProposant d’habiller nos clichés à l’aide de mots, dans une tradition héritée des comics, WordFoto donne des résultats vraiment très réussis et originaux, permettant de jouer à la fois avec le sens et la forme des mots.

Tout commence, comme souvent, par l’ouverture d’une photo, prise depuis l’appli (et l’appareil intégré) ou chargée à partir de l’un des albums de l’iPhone.

WordFoto

Le rendu est immédiatement frappant

Une fois la photo sélectionnée, on peut choisir de la recadrer, librement ou selon un format prédéterminé (1:1, 4:3 ou 16:9). Vient alors le choix du thème, sélectionné à l’aide du menu « Style ». 8 nous sont proposés par défaut, avec différentes polices de caractères, fondu entre image d’origine et calque de mots. Tous sont très différents des autres et très réussis dans leur genre, qu’il s’agisse des deux « classiques » ou des plus originaux comme « Black Label » (à partir de bandes Dymo), « Blocky » ou « Romance ». En entrant dans le menu « Word », on peut sélectionner l’une des phrases proposées, ou entrer les siennes sans aucune difficulté.

Une simple tape sur l’icône correspondante permet d’afficher rapidement un aperçu. Il est également possible de zoomer dans l’image, ce qui est un vrai plus lorsque l’on cherche à régler l’effet plus finement…

WordFoto

Les réglages auraient mérité une aide en ligne

Cela se passe dans le menu « Finetune », composé de 3 entrées : Edge, Edge Threshold et Color Tolerance. On est dérouté en découvrant ces trois paramètres tant ils ne sont pas courants dans les applis de retouche photo, et pour cause. Il faut donc tâtonner un peu pour tenter de comprendre leur fonction, et l’on aurait aimé que l’icône « i » en haut de l’écran affiche une aide en ligne plutôt que de simples informations commerciales. L’effet de chaque paramètre est d’autant plus compliqué à comprendre qu’il faut parfois appuyer sur « Re-Render » pour se rendre compte du changement (notamment pour le premier paramètre). A chaque appui sur Re-Render, une nouvelle organisation des mots est proposée.

Edge peut prendre trois valeurs : 0, 1 ou 2. Edge Threshold quant à lui va de 400 à 2000. Ces deux paramètres permettent de définir la façon dont les contours sont détectés, mais il est assez difficile de percevoir l’impact du réglage sur l’image…

WordFoto

La définition d'un style est extrêmement précise

On peut cependant créer ses propres styles. Pour cela, il faut retourner dans le menu Style et sélectionner l’onglet « Custom Style ». Là, deux nouveaux onglets s’ouvrent à nous, permettant de régler les effets du premier plan (les lettres) et de l’arrière-plan (l’image).

Le premier plan est défini à l’aide des couleurs des parties claires et sombres, la saturation, la luminosité et le contraste, mais également, concernant les polices, l’espacement (padding) et la police de caractère. On en trouve 17, ce qui est un nombre tout à fait correct, d’autant plus qu’on peut choisir différentes polices en même temps, pour un effet plus riche.

L’arrière-plan peut se composer d’une couleur (à définir librement, selon les paramètres RVB ou HSB) ou de l’image originale, à laquelle on appliquera un effet de flou, et dont on redéfinira la saturation, la luminosité et le contraste.

Avec de tels paramètres, WordFoto offre une liberté de réglage très grande, mais aussi impressionnante, d’autant plus que l’efficacité des différents réglages dépendra de la nature de l’image traitée.

En quelques mots : avec un effet très percutant, WordFoto fait mouche, mais aurait mérité de proposer une aide en ligne tant les réglages fins sont déconcertants de prime abord.

Lien sur l’App Store : WordFoto. (1,59€)

(c) icommephoto.com