JellyAprès avoir développé Twitter avec Jack Dorsey, Evan Williams et Noah Glass, Biz Stone a imaginé Jelly, révélée à l’occasion du CES. L’idée s’inspire des sites comme Yahoo! Answers, c’est-à-dire une communauté où s’échangent des questions et des réponses sur les thèmes les plus divers. Évidemment, Jelly a un truc en plus qui nous concerne, puisqu’il s’agit d’un support visuel.

Jelly

L’appli, au design très épuré, propose d’une part un appareil permettant de prendre une photo (ou que l’on chargera depuis sa Pellicule) et que l’on pourra annoter avec une légende, un lien et un croquis, avant de l’envoyer dans le réseau, où elle sera proposée aux autres (encore assez peu nombreux aujourd’hui) en attendant d’obtenir une réponse.

Jelly

L’ennui de Jelly est qu’elle ne propose aucun moteur de recherche ou mots-clefs, ce qui rend difficiles les contributions : impossible de trouver des questions dans un domaine précis où l’on se sait utile. Il faut simplement passer d’une question à l’autre, en balayant l’écran, toute question « passée » ne réapparaissant plus. On peut aussi renvoyer la question vers d’autres réseaux sociaux auxquels on est abonné, soit pour l’heure Facebook et bien entendu Twitter.

Jelly

Comme toujours dans ce genre de service, c’est l’adhésion d’un large public qui assurera son bon fonctionnement, en proposant non seulement de nombreuses questions (nous avons fait le tour des demandes en quelques secondes !) mais aussi en apportant des réponses à ses propres interrogations, pour l’heure assez creuses il faut bien le dire, car uniquement postées à titre d’expérimentation.

Lien sur l'App Store : Jelly — a search engine for busy people (gratuite)